A Taissy, Marne, cette évaluation a mis en évidence un ensemble de 45 structures creusées dans une craie blanche très altérée : des fosses, des trous de poteaux et 18 silos.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Les fosses et les trous de poteaux n'ont livré que peu d'informations, car ils sont très arasés, stériles en mobilier ou totalement isolés. 

La majorité des silos présente un plan circulaire ou légèrement ovale, dont le diamètre varie entre 1,80 et 2,20 m, pour une profondeur de 1,40 à 2,20 m. Ils étaient terminés par une ouverture assez réduite, obturée par un bouchon qui garantissait une conservation des denrées alimentaires en milieu hermétique. Après leur abandon, les silos servaient quelquefois de dépotoirs. Le mobilier retrouvé dans les couches sédimenteuses est toutefois très pauvre : quelques tessons céramiques, des restes fauniques ainsi qu'un squelette humain dans le fond d'une structure. Ce type de sépulture n'est d'ailleurs pas rare en Champagne, puisque l'on répertorie une trentaine de cas similaires. Isolés ou regroupés en batterie, les silos sont habituellement associés à des constructions (maisons, greniers...) situées à proximité.

Dans le cas présent, nous ignorons tout de ces bâtiments et ne pouvons évaluer l'ampleur de la zone d'occupation. Les études des mobiliers céramique et anthropologique s'accordent sur une occupation durant le second âge du Fer.

Par ailleurs, des pièces lithiques de belle taille et issues d'un silex assez fin, malgré leur patine blanche, ont été exhumées du colmatage de fond de vallon, au contact avec le substrat crayeux.

Ces éléments de débitage ne permettent pas une datation précise, qui peut témoigner d'une taille du Paléolithique moyen ou d'une taille plus récente pour la fabrication de haches (Néolithique final).

Dans l'ensemble, le terrain est perturbé de chablis et d'un réseau dense de tranchées de la guerre de 1914-1918.