Une équipe de préhistoriens de l'Inrap exhume, dans le XVe arrondissement de Paris, les traces ténues des derniers chasseurs-cueilleurs de la préhistoire. Cette fouille de 5 000 m² est réalisée sur l'emprise d'un futur centre de tri de collectes sélective, rue Henry-Farman.

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

La Seine, aujourd'hui à 250 m du site, empruntait il y a 10 000 ans un bras plus ancien repéré sous l'héliport. Ce site, sur la rive gauche, est le premier jamais fouillé pour la période Mésolithique (9000-5000 avant notre ère) à Paris. Sa position en bordure du fleuve a favorisé la conservation des occupations humaines préhistoriques, scellées par plusieurs générations de limons de débordement de la Seine.

Il y a 9 000 ans

Chasseurs-cueilleurs nomades, les hommes du Mésolithique ont établi sur ces berges leurs haltes de chasse à plusieurs reprises. Ils y ont abandonné des silex taillés et des fragments d'os d'animaux probablement consommés sur place. Ces vestiges mais aussi un foyer laissent présumer des bivouacs de quelques jours à plusieurs semaines.
Boucherie, grattage des peaux pour la confection de vêtements ou de tentures ont été pratiqués sur place à l'aide de grattoirs et d'éclats. De nombreux déchets de silex révèlent que les hommes y ont surtout renouvelé leur panoplie de pointes de flèches. Caractéristiques de cette période, ces minuscules pointes aux formes géométriques étaient fixées à l'aide d'une résine à une hampe de bois.
Si les galets de silex issus des alluvions de la Seine ont été privilégiés, des grès provenant d'affleurements tertiaires de Meudon ou Clamart ont été acheminés sous forme de blocs ou de préformes pour produire des outils prismatiques. La fonction de ces outils est inconnue, elle pourrait toutefois être liée à la production des pointes de flèches en silex ou de leur hampe de bois.

Dans un paysage tempéré où la forêt remplace la steppe glaciaire, où le cerf et le sanglier succèdent au renne et au mammouth, l'arc, apparu vers 12000 avant notre ère l'arc, est l'arme de prédilection des chasseurs mésolithiques. C'est durant cette période que l'industrie lithique tend au microlithisme.
Il y a 9 000 ans

Bien plus tard...

Fragments de haches polies, céramique, décorée ou non, témoignent de la fréquentation bien plus tardive des berges de la Seine, celles du Néolithique moyen (4200-3500 avant notre ère), du Néolithique final et du Bronze ancien (2500-1500 avant notre ère), enfin du premier âge du Fer (800-500 avant notre ère). Défriché, mis en valeur, le terrain devient une terre agricole en périphérie de village.
Aménagement : SYCTOM de l'Agglomération parisienne
Contrôle scientifique : Service régional de l'archéologie d'Île-de-France
Responsable scientifique : Bénédicte Souffi et Fabrice Marti, Inrap
Contact(s) :

Mahaut Tyrrell
chargée de communication médias
Inrap, pôle partenariats et médias
01 40 08 80 24 - mahaut.tyrrell [at] inrap.fr

Sophie Jahnichen
chargée du développement culturel et de la communication
Inrap, direction interrégionale Centre - Île-de-France
01 4183 75 51 - sophie.jahnichen [at] inrap.fr