Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
11 mars 2016
Colloque
Archéologie de l'esclavage colonial

Colloque international organisé par l'Inrap, le Comité pour l’histoire et la mémoire de l’esclavage, le ministère de la Culture et de la Communication et le musée du quai Branly dans le cadre de la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition
Du 9 au 12 mai 2012, Théâtre Claude Lévi-Strauss, musée du quai Branly 75007 Paris

Archéologie de l'esclavage colonial
par Amitava Chowdhury, Queen's University, Kingston, Ontario

 
Cette communication met en lumière les caractéristiques des sites d'occupation des esclaves marrons à partir de travaux de reconnaissance archéologique et d'excavation à l'île Maurice.  

À l'île Maurice, le marronnage est surtout marqué par des sites d'occupation de courte durée, et il est à appréhender en termes d'adaptations épisodiques dans un contexte géographique aux horizons limités. D'importants sites d'habitation d'esclaves marrons existaient à l'époque de l'occupation hollandaise au XVIIe siècle, mais ces sites ont disparu au cours des occupations française et britannique de l'île aux XVIIIe et au XIXe siècles. À leur place, des sites d'occupation de courte durée et des gîtes d'étape, situés sur des cimes montagneuses difficiles d'accès et dans des tunnels de lave souterrains, ont été construits un peu partout dans le paysage complexe de l'île Maurice. À partir de données issues de six sites de fouille à l'île Maurice, dont le morne Brabant, classé au patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco, on peut établir des schémas de reconnaissance des formes à partir du cas particulier des esclaves marrons de l'île Maurice, avec des résonances globales pour le petit marronnage, particulièrement dans les petites îles des Caraïbes.
Amitava Chowdhury s'intéresse aux processus de la formation de l'identité dans la diaspora de l'Asie du Sud soumise à la servitude pour dettes aux Caraïbes et dans l'océan Indien. Il a travaillé sur l'archéologie historique des sites d'esclaves marrons et des engagés à l'île Maurice. Son site archéologique de l'Aapravasi Ghat, un centre d'immigration pour travailleurs soumis à la servitude pour dettes à l'île Maurice, a été classé au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco en 2006. En juillet 2008, le site archéologique du Morne Brabant, qui abritait des esclaves en fuite à l'île Maurice, a également été classé au Patrimoine mondial.

Bibliographie sélective
  • Horizons of Memory: Indian Indentured Labor and Identity in the Caribbean and the Indian Ocean in a Global Comparative Perspective, à paraître.
  • "Marronage in Mauritius and its possible implications for Caribbean Archaeology" (avec C. Goucher), Proceedings of the Twenty-first congress of the International Association for Caribbean Archaeology, 2007.
  • "Marronage in Mauritius", Encyclopedia of Slave Resistance and Rebellion, Greenwood Publishing Group, Westport, 2007.
  • "The symbolic and archaeological significance of Le Morne Brabant: A fugitive slave site of Mauritius", Journal of Indian Ocean Archaeology 3, 2006.
  • Aapravasi Ghat: Past and Present: Archaeological Investigations, Aapravasi Ghat Trust Fund, Port Louis, 2003.
  • "Towards an Archaeological Heritage Management of Aapravasi Ghat", Journal of Mauritian Studies, 2003.
  • "Theoretical Reflections on Maroon Archaeology in Mauritius", Revi Kiltir Kreol, 2003.


English version

Durée :
32'21''
Année :
2012