Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
04 mars 2016
Colloque
Héritages arabo-islamiques dans l'Europe méditerranéenne

Colloque international organisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives,
En partenariat avec Marseille-Provence 2013-Capitale européenne de la culture, le MuCEM et la Villa Méditerranée.
Du 11 au 14 septembre 2013, à Marseille, Villa Méditerranée et MuCEM.

Héritages arabo-islamiques dans l'Europe méditerranéenne - Archéologie, histoire, anthropologie
par Federico Marazzi, université de Naples

"La présence des Arabes dans la région italienne de la Campanie est un phénomène qui couvre une bonne moitié du IXe siècle et qui s'inscrit dans le cadre d'un plus vaste projet d'occupation de la partie méridionale de la péninsule italienne. 
Depuis l'occupation de la partie plus occidentale de la Sicile et la conquête de Palerme, qui s'achève dans l'année 831, les Arabes trouvent des difficultés croissantes dans leur effort de s'emparer de sa partie orientale dont le contrôle restait dans les mains des Byzantins jusqu'à la fin du IXe siècle. Les Arabes décidèrent alors de doubler la résistance byzantine en Sicile, et organisèrent leur débarquement sur le continent en profitant de la situation d'anarchie politique et militaire dans la quelle le principat lombard de Bénevent était tombé à partir des années 840. 
L'installation de deux emirates dans les villes de Bari et de Tarente (en Pouille) pendant cette décennie constitua le point de départ pour le développement d'une stratégie de conquête de tout le sud de l'Italie; s'emparer du territoire de la Campanie représenta, dans ce cadre, l'enjeu plus important pour les Arabes, par ce que c'était dans cette région qui se trouvaient les villes les plus riches et les ports les plus importants pour le contrôle de la mer Thyrrenienne centrale et méridionale. Le succès des initiatives militaires des Arabes réclama bien tôt l'intervention des armées franques, et le conflit qui en suivit jusqu'aux années 880 représenta un des front de confrontation parmi les plus "chaudes", à échelle européenne, entre l'Europe dominée par les Francs et la puissance islamique"
Federico Marazzi est actuellement professeur agrégé d'archéologie médiévale à l'université "Suor Orsola Benincasa" de Naples (Archéologie chrétienne et médiévale). Il est docteur en histoire médiévale (Université de Turin - institutions partenaires, Pise et Bologne) et membre de l'Institut historique allemand de Rome de 1994 à 1996. Il donne des cours d'archéologie chrétienne et médiévale, d'histoire de la civilisation chrétienne du Moyen-Age et d'histoire de la colonisation antique et médiévale tardive au sein de l'École de spécialisation en Archéologie. Il est directeur de projets archéologiques comme le château de Roccaromana, l'église de Saint Pietro, Masse de Faicchio, ou l'abbaye du Sauveur, Saint Sauveur Telesino.
Année :
2013