Une équipe de l'Inrap vient de mettre au jour une nécropole gauloise des IVe et IIIe siècles avant notre ère sur le site du Parc logistique de l'Aube, à Buchères.

Dernière modification
10 mai 2016

Depuis 2004, les 260 hectares de ce projet du conseil général, bénéficient, sur prescription de l'État (Drac Champagne), d'un suivi archéologique : 230 hectares ont déjà été diagnostiqués, 40 fouilles réalisées. C'est la dernière d'entre elles qui livre, aujourd'hui, une série de tombes gauloises, notamment de guerriers, exceptionnelles.

Des enclos bien visibles dans le paysage de l'âge du Bronze

Le décapage a mis au jour une quinzaine d'enclos funéraires spectaculaires, quadrangulaires, circulaires ou en fer à cheval. Certains d'entre eux appartiennent à des périodes antérieures à l'époque celtique, notamment à l'âge du Bronze. Ces puissants enclos, marqués par des fossés profonds de 2 mètres, sont alignés. Les sépultures qu'ils abritaient ont disparu. Alors très visibles dans le paysage, ces monuments devaient être de forts marqueurs territoriaux durant la Protohistoire. Au cours du IVe siècle avant notre ère, une nécropole gauloise y est implantée à proximité immédiate.
Des enclos bien visibles dans le paysage de l'âge du Bronze

La nécropole guerrière

Deux ensembles de tombes gauloises sont accolés à ces grands monuments. Certaines sont entourées d'enclos carrés de dimensions plus modestes. Cette nécropole accueille une petite communauté appartenant à la culture archéologique de La Tène ancienne. 
Les corps reposent dans de profondes fosses aménagées de plancher, coffrages et couvertures. La volonté de rapprocher les défunts entre eux est patente, certaines fosses se juxtaposant ou se recoupant : dans une tombe, deux défunts ont même été inhumés l'un contre l'autre. 
Sur les 14 sépultures fouillées à ce jour, les archéologues ont déjà exhumés cinq tombes de guerriers. Ces hommes sont armés d'une épée dans son fourreau et d'une lance. Deux d'entre eux ont un bouclier. Composés de bois et de cuir, n'en subsistent que l'orle (la garniture métallique du pourtour) et le couvre-spina (l'arête centrale). 
Inhumées près des hommes, des femmes arborent un torque autour du cou et des parures de bronze ou de lignite aux poignets. Hommes et femmes portent sur la poitrine de grosses fibules de fer ou de bronze, parfois décorées de corail.
Comme dans la majorité des nécropoles protohistoriques, l'absence d'enfants est notable.

Un ensemble exceptionnel

Cet ensemble funéraire est exceptionnel à plus d'un titre. 
Malgré les très grandes surfaces ouvertes par l'archéologie préventive dans la vallée de la Seine champenoise, et notamment autour de Troyes, la découverte d'ensembles funéraires de cette époque est très rare. 
Par ailleurs, sur ce territoire, au cours des IVe et IIIe siècles avant notre ère, d'autres pratiques funéraires, très originales ont également cours : les défunts sont enfouis dans des silos souterrains abandonnés, comme l'atteste la fouille d'un ensemble de ce type à moins d'un kilomètre de la nécropole de Buchères. 
Cette dernière se distingue aussi nettement de celles trouvées un peu plus au nord, dans la Marne : en effet ni vaisselle (services à boisson, vaisselle de présentation et de stockage) ni quartiers de viande n'accompagnent les défunts de Buchères.
Aménagement : Conseil général de l'Aube
Contrôle scientifique : Service régional de l'Archéologie (Drac Champagne)
Responsable scientifique : Cécile Paresys, Inrap
Contact(s) :

Mahaut Tyrrell
chargée de communication médias
Inrap, pôle partenariats et relations avec les médias
01 40 08 80 24
mahaut.tyrrell [at] inrap.fr
 

Estelle Bénistant
chargée du développement culturel et de la communication
Inrap, direction interrégionale Grand Est nord
03 87 16 41 54 -
estelle.benistant [at] inrap.fr