Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
10 août 2016
Colloque
La révolution néolithique dans le monde

Colloque international organisé par la Cité des sciences et de l'industrie et l'Inrap, sous la direction scientifique de Jean-Paul Demoule.
Auditorium de la Cité des sciences et de l'industrie, les 2, 3 et 4 octobre 2008

La révolution néolithique dans le monde. Aux origines de l'emprise humaine sur le vivant
The Belz Megaliths
 
par Stéphan Hinguant, Inrap

Des blocs de gneiss couchés, parfois à proximité de fosses empierrées, jonchent le versant ouest d'un petit vallon au lieu dit Kerdruellan. Totalement ensevelis avant d'être identifiés en 2005, dans un contexte ou rien n'indiquait un quelconque aménagement mégalithique, ces monolithes viennent de faire l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques par le ministère de la Culture et de la Communication. De cet ensemble archéologique apparemment anodin, la fouille partielle réalisée en 2006 a effectivement montré que nous étions en présence d'un véritable monument mégalithique dont la plupart des caractéristiques, de son érection à son enfouissement, pouvaient être restituées. L'ensemble ne dessine pas de plan cohérent et l'un des objectifs de la fouille a été de tenter d'identifier la nature du site. S'agit-il d'un véritable alignement de menhirs ou d'un autre type de monument mégalithique ? L'exceptionnel état de conservation de ce site, même si tous les blocs ont été couchés, réside dans son enfouissement. Les dates radiocarbones nous apprennent ainsi que l'édification de ce monument, ou une partie de celle-ci, est attribuable à l'extrême fi n du 6e millénaire ou au début du 5e, soit le Néolithique moyen I. Quant à l'abattage des menhirs, s'il est bien de la main de l'homme, nous savons qu'il est antérieur à la fin du Néolithique. Un niveau de circulation attribuable au Campaniforme scelle effectivement pour partie les blocs déjà couchés du monument mégalithique.
Stéphan Hinguant est ingénieur de recherches à l'Inrap et chercheur associé à l'UMR 6566 du CNRS, à Rennes. Il est géomorphologue et préhistorien de formation, spécialiste de préhistoire ancienne (Paléolithique Inférieur à supérieur). Les fouilles préventives réalisées dans le grand-ouest de la France l'ont amené à travailler sur des périodes plus récentes, dont le Néolithique.
Année :
2009