Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
10 août 2016
Colloque
La fabrique de l'archéologie en France

Un colloque à l'Auditorium de la galerie Colbert de l'INHA (Institut National d'Histoire de l'Art) à Paris, les jeudi 14 et vendredi 15 février 2008

La fabrique de l'archéologie en France
par Pierre Pinon, école d'Architecture de Paris-Belleville

 
Jusqu'au milieu du XIXe siècle, les fouilles volontaires « programmées » sont rares (celles du Châtelet à la fin du XVIIIe siècle faisant exception). L'essentiel des découvertes est fortuit. Ces découvertes sont généralement rapportées dans des monographies urbaines qui les recensent sous forme de chroniques de fouilles, plus rarement dans des petits ouvrages ou dans des articles publiés dans les quelques revues savantes existantes.
Aussi, rares sont les synthèses proprement archéologiques rédigées par des antiquaires (imprimées ou restées manuscrites), même
à l'échelle locale. Les circonstances de ces découvertes sont essentiellement liées, comme aujourd'hui, à des travaux : ceux des champs (défrichements, labours profonds), ceux occasionnés par la construction de routes (avant les autoroutes et les lignes de TGV) - genre dans lequel se sont illustrés les ingénieurs des Ponts et Chaussées -, et enfin les travaux des villes (avant les parkings souterrains), construction des couvents post-tridentins, édification d'enceintes bastionnées, puis destruction des enceintes du Bas-Empire quelquefois à l'origine de la fondation de sociétés savantes.
Pierre Pinon, architecte, est titulaire d'un doctorat de 3e cycle sur « Le passage des structures architecturales antiques dans les tissus urbains médiévaux. L'exemple des théâtres et des amphithéâtres antiques en France et en Italie » et d'un doctorat d'État sur « Pierre-Adrien Pâris (1745-1819), architecte, ou l'archéologie malgré soi ». Professeur à l'École nationale supérieure de Paris-Belleville et chercheur associé à l'INHA, il travaille sur l'histoire de l'archéologie, de l'architecture, des villes et du territoire, notamment aux XVIIIe et XIXe siècles. 

Quelques publications
- Pierre-Adrien Pâris (1745-1819), architecte, et les monuments antiques de Rome et de la Campanie, École française de Rome, 2007.
- « Caylus et les ingénieurs », Caylus mécène du roi. Collectionner les antiquités au XVIIIe siècle, INHA, Paris, 2002.
- « Beaumesnil et Grignon, le dessin et la fouille », La fascination de l'Antique, 1700-1770. Rome découverte, Rome inventée, Musée de la civilisation gallo-romaine, Lyon, Somogy Éditions d'Art, Paris, 1998.
- « La première grande fouille archéologique moderne en France. Le Châtelet et Pierre-Clément Grignon (1772-1774) », EVTOPIA, 1993, II, 2, Idea e scienza dell'antichità. Roma e l'Europa 1700-1770, Edizioni Quasar, Roma, 1994.
- « Archéologues des Lumières : Pierre Beaumesnil et Pierre-Clément Grignon », Les archéologues et l'archéologie, colloque de Bourg-en-Bresse [1992], Caesarodunum, t. XXVII, université de Tours, 1993.
- La Gaule retrouvée, collection Découvertes, Gallimard, Paris, 1991
(4e éd. 2006).
- « Comment fouillait-on au XVIIIe et au début du XIXe siècle ? », Archéologia, n° 158, 1981.
 
Année :
2008