Une équipe de l'Inrap fouille jusqu'en mars 2015, sur prescription de l'État (Drac Île-de-France), 100 m² des caves du Monoprix Réaumur-Sébastopol à Paris (2e arr.) avant leur réhabilitation en lieux de stockage.

Dernière modification
04 août 2016

L'abaissement du niveau de sol d'une partie des caves du deuxième sous-sol a entraîné la découverte de nombreux ossements humains liés au cimetière de l’hôpital de la Trinité. Ces recherches permettent d’étudier, pour la première fois à Paris, un contexte hospitalier au sein même de la ville qui abritait plusieurs établissements de ce type.

L'immeuble Félix Potin et le cimetière de la Trinité

Le Monoprix Réaumur-Sébastopol occupe l'ancien immeuble Félix Potin, construit à l'emplacement du cimetière de l'hôpital de la Trinité, fondé au XIIe siècle et détruit à la fin du XVIIIe siècle.
La fouille des sépultures permet de mieux comprendre les pratiques funéraires mises en place en milieu hospitalier aux époques médiévale et moderne. Elle offre notamment l'opportunité d'observer la gestion des morts par les vivants en cas de crises de mortalité (épidémies, fièvres, famines).

© Denis Gliksman, Inrap

Huit fosses communes

À ce jour, huit sépultures multiples ont été découvertes. Sept d'entre elles comptent entre cinq et vingt individus, déposés sur deux à cinq niveaux. La huitième fosse s'avère beaucoup plus importante avec, pour l'instant, plus de 150 défunts. Ils y ont été déposés avec soin et montrent un mode de dépôt très organisé : au moins deux rangées d'individus sont déposés « tête-bêche », une troisième rangée semblant se développer en dehors des limites de la fouille. Les corps reposent sur cinq à six niveaux.
Cette très grande fosse commune, dont les limites ne sont pas cernées, paraît correspondre à une crise de mortalité dont la cause n'est actuellement pas connue. Adultes (femmes et hommes de tous âges) et enfants sont représentés. Les restes osseux ne présentent pas de lésions (pathologies, traumatismes) permettant d'identifier la cause de ces décès en masse. Des prélèvements ADN sont en cours afin de la déterminer. Des datations radiocarbone vont également être effectuées pour comprendre la chronologie de ces sépultures multiples.

Un renouvellement de la connaissance

À l'issue de la fouille, les objectifs de l'étude de cet ensemble seront donc multiples : mieux appréhender la gestion des défunts à travers les modes de dépôts mis en évidence dans les différentes fosses, l'organisation spatiale et chronologique du cimetière et la répartition éventuelle des défunts selon des critères biologiques (âge au décès, sexe...) et sanitaires (épidémie ?). L'étude des textes et des plans anciens de Paris permettra également d'apporter un regard complémentaire sur cet ensemble hospitalier.

L'occasion de fouiller ce type de contexte est peu fréquente alors que de nombreux aspects des pratiques funéraires associées aux hôpitaux médiévaux et modernes restent méconnus : en France, moins d'une dizaine de sites ont fait l'objet d'une étude anthropologique et les synthèses sur le sujet sont rares. Paris abritait plusieurs établissements hospitaliers ; les résultats de cette première fouille archéologique, croisés avec les sources archivistiques, les éclaireront d'un jour nouveau.

Aménagement : Monoprix
Contrôle scientifique : Service régional de l’Archéologie, Drac Île-de-France
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique : Isabelle Abadie, Inrap