Le projet d'agrandissement d'un lotissement sur la commune de Plancy-l'Abbaye au lieu-dit «Saint-Martin » (Aube) a conduit à la réalisation d'une fouille prescrite par le service régional de l'Archéologie suite à un diagnostic réalisé en 2005 sur une surface de 3,5 hectares.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Le site est localisé au coeur de la vallée de l'Aube, en amont de la confluence de l'Aube et de la Superbe. Une surface d'1,4 hectare a été décapée révélant la présence de vestiges datés de l'âge du Bronze, de l'âge du Fer et de la période gallo-romaine. Si la vallée de l'Aube est connue pour son peuplement aux périodes protohistoriques, nous avons peu d'informations sur les espaces funéraires et domestiques de l'âge du Bronze. Le site de Plancy-l'Abbaye permet ainsi d'enrichir nos connaissances sur les occupations anciennes de ce terroir.
 

 


Des bâtiments du Bronze final

Les traces d'au moins 11 bâtiments, de 7 à 21 m², construits sur quatre ou six poteaux, révèlent une zone de stockage d'environ 2 000 m².
Ces greniers surélevés permettaient de protéger les récoltes des intempéries et des rongeurs. L'espace est extrêmement bien organisé selon un axe préférentiel nord-sud.
Des prélèvements ont été effectués dans les trous de poteau de ces différents bâtiments afin de mener une analyse carpologique. En effet, cette étude des graines, des fruits et des autres résidus complétera nos connaissances sur l'alimentation et l'environnement végétal de cette époque.
Les archéologues ont constaté que certaines fosses ont servi à l'extraction des matériaux employés pour la construction des bâtiments. L'une d'elles a ensuite été utilisée comme dépotoir et a ainsi permis la découverte de vestiges de la vie quotidienne (vaisselle, céramiques de stockage, fragments de céramique peinte, ossements d'animaux, fusaïole) suggérant la proximité immédiate de l'habitat.

La nécropole à enclos de l'âge du Bronze

La nécropole de l'âge du Bronze final (-1350 / -750), découverte au nord du site, est composée de quatre enclos circulaires ouverts de 7 à 10 m de diamètre. Seule la trace du fossé ceinturant le tumulus, monticule de terre recouvrant la sépulture, est encore visible. Des datations par carbone 14 permettront de préciser leur chronologie. Dans cette zone, aucune sépulture n'est préservée en raison de l'érosion des sols et du faible recouvrement de terre.
Par contre, une sépulture à incinération a été découverte à proximité des enclos. Datée de -1100 / -1000, elle est composée d'un vase, dans lequel les ossement brûlés ont été déposés et d'un gobelet posé sur l'ensemble osseux.

Une occupation du premier âge du Fer

L'occupation de ce secteur quelques centaines d'années plus tard est attestée. Elle date plus précisément du Hallstatt final (-530/-475) comme en témoigne la découverte de fragments de vaisselle fine décorée dans les fossés sud.

Le site à l'époque gallo-romaine

Les populations gallo-romaines ont également laissé leur empreinte sur ce terroir. Plusieurs fosses d'extraction et trous de poteau témoignent de l'occupation des lieux. Des restes fauniques ont également été retrouvés dans le comblement des structures. Ces fragments, en cours d'étude, sont autant de précieux indices pour identifier les pratiques alimentaires des occupants.