Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
10 août 2016
Colloque
Comment les Gaules devinrent romaines

Un colloque international à l'Auditorium du Louvre
les 14 et 15 septembre 2007

Matthieu Poux, université de Lyon II

Notre vision de la colonisation romaine en Gaule reste imprégnée d'un schéma idéal : celui d'un centre urbain fondé ex nihilo, dans un lieu désert mais propice aux activités économiques, environné d'un territoire cadastré aux limites bien définies. La Colonia Copia Lugdunum constitue, de ce point de vue, un cas à part. Première colonie romaine fondée en Gaule chevelue, elle s'implante sur un site accidenté et relativement peu étendu, déterminé par la confluence du Rhône et de la Saône. Palliant le manque d'informations apportées par les sources écrites, les fouilles programmées et préventives menées dans l'agglomération lyonnaise y ont révélé une longue séquence d'occupation, échelonnée du Néolithique à la fin de l'âge du Fer. Au IIe s. av. J.-C., les vestiges mis au jour aux abords de la Saône, dans la plaine de Vaise ou sur la colline de Fourvière, montrent que le site de Lyon constitue, bien avant la Conquête, une place commerciale de première importance. Certains dépôts témoignent de manifestations publiques à caractère politique et religieux qui ont peut-être prédéterminé son rôle de capitale régionale et provinciale. L'analyse diachronique des premiers aménagements urbains identifiés sur le parc archéologique de Fourvière éclaire d'un nouveau jour les prémisses et les étapes de ce processus, dont l'étude sera prochainement élargie au territoire colonial de Lugdunum et à ses premières implantations rurales.
Matthieu Poux, professeur d'archéologie à l'université Lumière-Lyon II, est spécialiste des processus de romanisation en Gaule romaine et préromaine, commerce et consommation du vin, pratiques religieuses, processus d'urbanisation et conquête militaire. Depuis 2001, il assure la direction des fouilles de l'oppidum de Corent dans le Puy-de-Dôme. Il a également conçu, en partenariat avec l'Inrap, plusieurs expositions dédiées à l'archéologie lyonnaise.

Quelques publications :
- Religion et société à la fin de l'âge du Fer : systèmes (en)clos et logiques rituelles. In : Haselgrove (C.), dir., Celtes et Gaulois, l'Archéologie face à l'Histoire 4 : les mutations de la fin de l'âge du Fer. Actes de la table-ronde de Cambridge, Collection Bibracte 12/4, Glux-en-Glenne 2006, p. 181-200 ;
- Le Vin. Nectar des Dieux, Génie des Hommes.
(avec J.-P. Brun, A. Tchernia), Pôle Archéologie du Rhône, éditions Infolio, Lyon, 2004 ;
- L'Âge du vin. Rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante. Éditions Monique Mergoil, 2004,
637 p. Préface d'A.?Tchernia (Collection Protohistoire Européenne 8) ;
- Lyon avant Lugdunum (direction avec H. Savay-Guerraz). Pôle Archéologie du Rhône, éditions Infolio, Lyon, 2003 ;
- Les origines de Lutèce. Acquis chronologiques, nouveaux indices d'une présence militaire à Paris, rive gauche, (avec Sylvie Robin). CNRS, Gallia 57, 2000, p.?181-226.

Armand Desbat, directeur de recherches au CNRS, est spécialiste de la civilisation romaine et gallo-romaine, et auteur de nombreux articles et ouvrages consacrés à la céramologie romaine, aux origines et au développement des colonies romaines de Lyon et de Vienne. Depuis 1991, il dirige les fouilles du « pseudo-sanctuaire de Cybèle » à Lyon-Fourvière.

Quelques publications :
- Lugdunum : naissance d'une capitale. Infolio-Rhône, Archéologie. Editions Infolio, Gollion, 2005.
- La Céramique?: la poterie du néolithique aux temps modernes (direction A.?Ferdière.). Paris, Errance, 2003 (Collection Archéologiques).
 
Année :
2009