Sornettes

Idée reçue

« Les infirmes étaient exclus de la société »

Le Moyen Âge semble parfois lointain et « sombre » que l'on imagine parfois qu’une part importante de la population était « handicapée » de naissance ou des suites d’un accident de vie (chute de cheval, blessure de guerre, fracture non réduite, amputation liée à la lèpre). À l’époque, on parle d’infirmité et non de handicap, car ce terme, incluant une dimension sociale et environnementale, n’est employé que depuis le XXe siècle.

L’archéologie funéraire et l’étude des traces de maladies ou de handicaps visibles sur les restes osseux observés (paléopathologie) rendent compte de ces états sanitaires particuliers et des comportements humains face aux « corps différents ». S’il est aisé de détecter des amputations ou des infirmités affectant les os, il est beaucoup moins évident d'identifier la cécité ou la surdité, invisibles sur le squelette ; et quant au handicap mental, seuls les textes peuvent témoigner du traitement de ceux qui en sont affectés.

D’une façon générale, l’infirme ne paraît pas rejeté. Il est parfois moqué (comme ces nains chargés d’amuser les cours royales), mais aussi souvent pris en charge, au titre de la charité due aux indigents, par les moines des abbayes et dans les hôtels-Dieu (les premiers hôpitaux). L’archéologie a apporté les preuves que les forgerons fabriquaient des appareils et des prothèses pour faciliter le quotidien des infirmes et leur donner un maximum d’indépendance, et que la différence physique n’exclut pas du cimetière communautaire.

Il ne faut pas cependant idéaliser un Moyen Âge accueillant pour tous. Quand l’économie d’un pays se porte bien, en temps de paix, chacun a sa place dans la société. Mais lorsque la guerre éclate, que les épidémies s’abattent et que la famine rôde, ceux que l’on tolérait sans s’interroger deviennent des bouches inutiles, dont on peut vouloir se débarrasser. Nombre d’infirmes se transforment alors en mendiants errant dans les villes et les faubourgs. Comme dans la fameuse « Cour des miracles » de Paris.