Le port médiéval de Bordeaux a révélé une partie de ses aménagements : si, sur la place de la Bourse, la succession des berges a déjà été reconnue, aujourd'hui, d'importantes installations viennent d'être mises au jour sur la place Jean-Jaurès.

Dernière modification
10 mai 2016

Sous un aménagement de berge du XVIe s., est apparu un quai construit en poutres et planches, retenant un terre-plein ; des troncs d'arbres et un important fragment de bordée de bateau monté à clins participent à cette construction.

L'ensemble est daté de la fin du Moyen Âge. Il appartient à ce que l'on appelait alors le "Port de la mer". En effet, les marées agitant la Garonne devant Bordeaux ont une amplitude de plus de 5 m, ce qui nécessite des installations particulières, plus maritimes que fluviales. Au pied de ce quai, étaient allongés, côte à côte, des éléments démontés d'un pressoir à vin : les quatre montants principaux (des pièces de chêne soigneusement travaillées, de 3 m de longueur et de section carrée de 0,30 m) et deux autres pièces, de 4 m de longueur. Il est assez probable que ce pressoir était en activité à la fin de la période anglaise de Bordeaux (en 1453, la bataille de Castillon marque la fin de la guerre de Cent Ans). Il semble que les vendanges étaient transportées par bateaux aux chais qui jalonnaient les quais de Bordeaux. Là, on pressait, on vinifiait et on commercialisait, notamment vers les îles Britanniques et l'Europe du Nord. Plusieurs textes d'archives de cette époque abordent ce sujet mais restent allusifs, d'où l'importance de cette découverte. De nombreux pépins de raisin étaient associés à ces vestiges ; ils complètent ceux déjà collectés pour toutes les périodes entre le XIIIe et le XVIIIe s. À terme, leur étude devrait donner des informations directes sur l'évolution des cépages du vignoble bordelais. Des analyses dendrochronologiques permettront de préciser la datation des structures en bois. La stratigraphie et le matériel céramique retrouvé permettent, d'ores et déjà, de situer ces aménagements vers les XIVe et XVe s. Les découvertes de la place Jean-Jaurès sont essentielles pour la connaissance de la production du vin de Bordeaux au Moyen Âge ; c'est un maillon de plus dans la recherche sur ce sujet.