Conférences
Aucun vote pour le moment
Chronique de site
Mis à jour le
07 avril 2016
Colloque
Archéologie de l'esclavage colonial

Colloque international organisé par l'Inrap, le Comité pour l’histoire et la mémoire de l’esclavage, le ministère de la Culture et de la Communication et le musée du quai Branly dans le cadre de la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition
Du 9 au 12 mai 2012, Théâtre Claude Lévi-Strauss, musée du quai Branly 75007 Paris

Archéologie de l'esclavage colonial
par Max Guérout, Groupe de recherche en archéologie navale

L'archéologie sous-marine pourrait être un moyen d'approcher la réalité des conditions matérielles de la traite des esclaves. Pourtant, alors que cette discipline connait un essor considérable depuis cinquante ans, aucune épave de navire négrier se trouvant dans un site favorable à sa conservation et à son étude n'a été étudiée de manière exhaustive.
Contrairement à la plupart des objets qui sont parvenus jusqu'à nous, ceux qui proviennent d'une épave appartiennent à un même contexte chronologique, ils témoignent aussi d'un même environnement technique et social. Ils constituent une sorte une coupe anatomique du temps et on mesure bien, dans ces conditions, l'importance de tels vestiges.
L'analyse des expéditions de traite et des pourcentages de pertes correspondants conduit à estimer qu'un nombre considérable d'épaves, sans doute plus de deux mille, git dans les océans. Plus de mille d'entre elles se trouvent le long des côtes et sont donc accessibles à l'étude. Cette abondance mérite un programme de recherche coordonné.
Max Guérout cofondateur en 1982 du Groupe de recherche en archéologie navale, membre du comité scientifique de la route de l'esclave (Unesco). Il a dirigé des fouilles à Gorée, en Martinique et, depuis 2006, en collaboration avec l'Inrap, la fouille de l'épave de l'Utile et du site occupé par les esclaves abandonnés sur l'îlot de Tromelin dans l'océan Indien. Il est membre du laboratoire d'histoire et d'archéologie maritime FED 4124 (Sorbonne-musée national de la Marine).

Bibliographie sélective
  • M. Guérout, Esclaves et négriers, Fleurus Jeunesse, Paris, 2012.
  • M. Guérout, Le dernier combat de la Cordelière, Le Télégramme, Rennes, 2012.
  • M. Guérout, « Les fraudes concernant la traite des esclaves sous l'administration royale des Mascareignes (1767-1768), sujet d'attention pour Raynal », Raynal et ses réseaux, Paris, 2011.
  • M. Guérout, T. Romon, Tromelin, L'île aux esclaves oubliés, CNRS Editions, Paris, 2010.
  • M. Guérout, E. Rieth, J.-M. Gassend, « Le navire génois de Villefranche, un naufrage de 1516 », Archaeonautica 9/1989, Paris, 1990.
Durée :
27'56''
Année :
2012