Quatre fouilles archéologiques ont été réalisées en préalable à la construction de la deuxième ligne de tramway. Elles éclairent différents aspects de l'urbanisme local au cours des siècles.

Dernière modification
19 février 2016

Rue de la Madeleine à Saint-Jean-de-la-Ruelle, les opérations ont mis en évidence la présence d'anciens bras de rivière le long desquels un axe de circulation s'implantait. Il deviendra la voie romaine reliant Orléans à Blois. 

Premiers résultats des fouilles de la 2nde ligne de tramway à Orléans

Pour la période gallo-romaine (I - IIIe siècles de notre ère), la place De Gaulle à Orléans a livré les restes d'un îlot d'habitats bordé de rues. Contrairement à l'orientation habituelle Nord/Sud du cadastre antique orléanais, l'une des rues oblique vers le Nord/Ouest. Elle pourrait marquer la limite occidentale de la Ville. Au IVe siècle, la construction de l'enceinte, constituée d'un mur et d'un fossé, entraine une réorganisation de la circulation dans la Ville. En particulier elle restreint désormais les sorties aux seules portes aménagées dans la fortification. Place Sainte-Croix, le passage d'une de ces portes a fait l'objet d'une étude approfondie: il est matérialisé par une voie constituée par de blocs monumentaux. Ceux-ci proviennent certainement d'anciens bâtiments publics abandonnés.
 
Du VI au IXe siècle, les restes de plusieurs constructions ont été étudiés rue Jeanne-d'Arc et place Sainte-Croix. En France, ce type de vestiges est peu représenté pour cette période. Leur étude permettra de renouveler les connaissances sur l'architecture civile du haut Moyen Âge. Pour le Moyen Âge, deux sites ont livré des vestiges importants. Place de Gaulle, la porte Renart est un témoin privilégié du siège de la ville au XVe siècle. C'est aux abords de cette porte que Jeanne d'Arc est hébergée lors de son séjour à Orléans, chez Jacques Boucher, trésorier du duc d'Orléans. Sur la place de l'Étape, les vestiges mis au jour sont ceux d'un faubourg de la ville, organisé autour l'église Saint-Chéron, et de son cimetière.
 
Ainsi, les fouilles ont offert d'étudier les enceintes urbaines du ive et du XVe siècle (avec pour chacune, une porte de ville), mais également des rues et voies antiques et médiévales, des établissements religieux médiévaux. En plusieurs points, la continuité d'occupation entre l'Antiquité et le premier Moyen Âge a été observée, notamment au travers d'une construction importante située face à la cathédrale. Les investigations se sont attachées à traiter aussi bien l'habitat civil que la parure monumentale et la trame urbaine. À travers tous ces éléments, ce sont les grands rythmes d'aménagements de la ville qui pourront être esquissés à la fin des études.
Aménagement : L'AgglO, communauté d'agglomération Orléans Val-de-Loire
Contrôle scientifique : Service régional de l'archéologie, Drac Centre
Responsable scientifique : Pascal Joyeux (Inrap)
Contact(s) :

Solène Bonleu
Chargée du développement culturel et de la communication
Inrap Centre - Île-de-France
07 86 00 49 40
solene.bonleu [at] inrap.fr