A Avrillé, Vendée, un projet de lotissement sur une surface de 3,3 hectares à conduit à la fouille d'une enceinte et de bâtiments de la fin du Néolithique sur une surface d'environ 11 000 m².

Dernière modification
19 février 2016

Cette occupation se trouve sur le versant nord-est d'un vallon drainé par un ruisseau, au nord du bourg actuel d'Avrillé. Cette opération permet de relancer les problématiques ayant trait à la fonction des enceintes caractéristiques du Centre-Ouest de la France.

Des bâtiments à l'intérieur de l'enceinte

Le résultat majeur de l'opération est la mise en évidence d'une série de petits bâtiments sur poteaux à l'intérieur d'une enceinte datée de la transition entre le Néolithique récent/final. Dans le Centre-Ouest de la France, l'intérieur des enceintes fouillées est le plus souvent dépourvu d'aménagements, lesquels ont pu être érodés, et n'ont livré que ponctuellement des bâtiments de grande ampleur.

À Avrillé, plus d'une dizaine de bâtiment sur poteaux plantés ont été identifiées. Les fosses d'implantation des poteaux sont modestes mais bien conservées du fait du recouvrement du site par des colluvions qui ont fossilisés une partie du sol contemporain de l'enceinte. Les bâtiments, matérialisés par deux alignements de poteaux placés en vis-à-vis, ont des plans trapézoïdaux, rectangulaires ou naviformes. Ils mesurent de 8,60 à 15 m pour 3 à 5 m de large. La surface ainsi délimitée oscille entre 25 et 60 m², celle du bâtiment pouvait être supérieure si l'on considère que ses parois se situées au-delà des poteaux. Les bâtiments se superposent parfois montrant une certaine pérennité de l'occupation.
L'enceinte est délimitée par un fossé discontinu et peu profond ainsi que par un fossé palissadé partiellement érodé. L'ensemble est reconnu sur 140 m. Le remplissage du fossé suggère la présence d'un talus sur son bord interne. Dans la palissade quelques négatifs de poteaux plantés verticalement ont été observés. Une seule entrée est identifiée dans la partie haute et érodée de l'emprise. Il est fort probable qu'elle devait être aménagée par des trous de poteaux constituant une sorte de porche d'entrée. Dans son ensemble, cette enceinte pourrait couvrir 4 hectares à la confluence de deux ruisseaux constituant eux-mêmes une délimitation naturelle de l'ouvrage.

Fonction de l'enceinte

Le mobilier est abondant, il provient surtout du fossé d'enceinte. En première approche, la céramique, très bien représentées, comporte des éléments de l'Artenac, culture centrée sur la Charente, et d'autres du Groh-Collé voire même du Kerugou, groupes occupant le sud du Massif armoricain. L'industrie lithique est peu représentée mais contient quelques fragments de poignards et des pointes de flèches. L'outillage macrolithique, meules, percuteurs... est bien représenté et témoigne de la diversité des activités pratiqués au sein de l'enceinte. Les dates radiocarbones placent l'occupation entre 3 000 et 2 900 av. J.-C.

La fouille d'Avrillé apporte des éléments à la compréhension de la fonction des enceintes. Il s'agit dans ce cas d'une occupation qui accueille toutes les activités et les aménagements nécessaires à la vie quotidienne d'une communauté humaine.