Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
14 septembre 2016
Colloque
Archéologie de la santé – anthropologie du soin

Colloque international organisé par l’Inrap, en partenariat avec le Musée national de l’homme.
Les  30 novembre et  1er décembre 2016 à l'Auditorium Jean Rouch - Musée de l’Homme

Matériel médical de l'US Army provenant de l'ancien hôpital militaire américain (1917-1919) à Saint-Parize-le-Châtel. © Denis Gliksman, Inrap

Archéologie de la santé – anthropologie du soin
par Christopher Knüsel, professeur d’anthropologie biologique à l’UMR 

Inscription

L'accès au colloque est libre, sur réservation, dans la limite des places disponibles.

À propos des guérisseurs rituels, des saints et bienheureux martyrs et des bouc-émissaires : traitement des malades et mauvais traitements dans le passé

La capacité d’agir en qualité de guérisseur constitue une partie de l’identité sociale d’un large éventail d’individus aux dons uniques inter-culturellement, qui jouent aussi divers rôles en lien avec les idéologies transcendantes, les croyances et les religions. Ces individus sont ambivalents, et sont capables de faire le bien comme le mal. Ils défendent la santé et le bien-être de la personne et de la communauté mais, en utilisant la même connaissance, ils peuvent être impliqués dans des attaques contre des individus ou de groupes d’individus, appartenant ou non à leur propre communauté. L’ambivalence et la diversité des guérisseurs médico-religieux des sociétés ethnologiques et historiques ont fait de l’identification de tels individus dans l’enregistrement archéo-anthropologique une question controversée. L’argumentaire développé dans cette communication défend non seulement que ces praticiens sont représentés dans le registre archéo-anthropologiques, mais aussi que leurs pratiques ont eu une influence disproportionnée sur les vestiges archéo-anthropologiques, formant un puissant complément aux sources historiques quant au développement de la médecine et des connaissances médicales.

Remerciements : Je remercie  vivement M. Sacha Kacki pour la relecture des textes français.

Of Ritual Healers, Holy Blissful Martyrs, and Scapegoats : Treatment of the Ill and Ill treatment in the Past

The capacity to act as a healer forms part of the social identity of a diverse range of uniquely specialized individuals cross-culturally who also perform a variety of other roles associated with transcendent ideologies, beliefs and religion. They are ambivalent, capable of doing both good and ill. They defend the health and well-being of the individual and the community but, using the same knowledge, are also implicated in attacks on individuals and groups within and outside their communities. The ambivalence and the diversity of medico-religious healers in the recent ethnographic past and historically have made the identification of such individuals in the anthropo-archaeological record controversial. The argument here is that not only are such individuals identifiable in the archaeo-anthropological record, but that their practices disproportionately influence that record, acting as a powerful complement to historical sources for the development of medicine and medical knowledge.

Christopher Knüsel est professeur d’anthropologie biologique à l’UMR 5199 PACEA (De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement, et Anthropologie) à l’université de Bordeaux, France.

Il est co-directeur de l’équipe des restes humains sur le site néolithique de Çatalhöyük (Turquie), avec le Professeur Clark Spencer Larsen (Ohio State University), qui est actuellement fouillé par le Professeur Ian Hodder (Stanford University). Ses domaines de compétences sont l’ostéologie humaine, la paléodémographie, la paléopathologie et l’archéothanatologie – les pratiques funéraires depuis la Préhistoire et de la Protohistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge en Europe et au Proche-Orient. Sa recherche a comme objectif de contribuer à des études synthétiques des restes humains, en tenant compte de leur contexte archéologique.

Bibliographie

  • Grosman L., Munro N. D., Belfer-Cohen A. (2008), « A 12,000-year-old Shaman Burial from the Southern Levant (Israel) », Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA, 105, p. 17665-17669, (ISSN en ligne : 1091-6490).
  • Knüsel C. J. (2002), « Of Crystal Balls, Political Power, and Changing Contexts: what the Clever Women of Salerno Inherited », in Baker P. A., Carr G. C. (dir.), Practitioners, Practices, and Patients: New Approaches to Medical Archaeology and Anthropology, Oxford, Oxbow Books, p. 172-194. (ISSN : 1842170791).
  • Knüsel C. J. (2002), « More Circe than Cassandra: the Princess of Vix in Ritualised Social Context », European Journal of Archaeology, 5, p. 275-308. (ISSN : 1461-9571)
  • Winkelman M. J. (1990), « Shamans and other ‘Magico-Religious’ Healers: a Cross-Cultural Study of their Origins, Nature, and Social Transformations », Ethos, 18, p. 308-352. (ISSN en ligne : 1548-1352) 
Année :
2016