Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
04 mars 2016
Colloque
Héritages arabo-islamiques dans l'Europe méditerranéenne

Colloque international organisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives,
En partenariat avec Marseille-Provence 2013-Capitale européenne de la culture, le MuCEM et la Villa Méditerranée.
Du 11 au 14 septembre 2013, à Marseille, Villa Méditerranée et MuCEM.

Héritages arabo-islamiques dans l'Europe méditerranéenne - Archéologie, histoire, anthropologie
par Bernard Romagnan, chercheur associé au CNRS

Après avoir été chassés d'Espagne par Philippe III à partir de décembre 1609, les morisques ou grenadins s'expatrièrent vers les pays du pourtour méditerranéen. Certains d'entre eux arrivèrent à Marseille à partir de mars 1610, puis abordèrent l'ensemble de la côte provençale. Ils furent d'abord accueillis comme chrétiens, puis les autorités tant royales (ordonnance du 15 avril 1610), que provençales (arrêt du parlement du 3 décembre 1610), cherchèrent à les expulser et à interdire l'accès du royaume à de nouveaux arrivants. Cette politique eut des résultats mitigés.
Si pour certains morisques la Provence ne fut qu'une étape pour un retour en Espagne ou pour aller ailleurs (Italie, Barbarie, etc), pour d'autres elle a été une terre d'asile. Le sujet a été étudié par A. Santoni pour la Provence occidentale mais n'a pas été abordé pour ce qui concerne sa partie orientale.
Notre contribution essaiera de mesurer la place tenue par les morisques en basse Provence orientale à partir du début du XVIIe siècle.
Elle s'appuie principalement sur le dépouillement systématique des archives communales. A partir de ces documents on déterminera la région d'origine des morisques, leur statut et activité professionnelle en Espagne et au Portugal. On tentera d'évaluer le nombre de ceux qui sont venus, repartis ou se sont installés ainsi que leurs lieux d'implantation, ainsi que les moyens utilisés pour se fixer qu'il s'agisse des stratégies matrimoniales, l'exogamie ; la pratique affirmée, sinon ostentatoire, de la religion catholique et apostolique ; les activités professionnelles pratiquées d'autant que certaines communautés étaient en demande de main d'oeuvre (Hyères, Fréjus, Barjols ...).
Il s'agira, en conclusion, à partir de quelques généalogies, de déterminer si les morisques se sont intégrés ou s'ils ont été assimilés.
Bernard Romagnan est directeur du service patrimoine du Sivom-Pays des Maures, et chercheur associé au Laboratoire d'Archéologie Médiévale et Moderne en Méditerranée (LA3M).
 
Bibliographie sommaire : 
  • Dakhlia (J.) Vincent (B.), Les musulmans dans l'histoire de l'Europe, Paris, 2011
  • Santoni (P.), Les tournées de François de Beaumont pour l'expulsion des morisques de Provence, cahiers de la méditerranée, les Morisques, n° 79, décembre 2009,
  • Santoni (P.), Le passage des Morisques en Provence, (1610-1613), Provence historique, t. 46, fasc. 185, 1996, p. 333-383.
Année :
2013