L’aménagement d’une ZAC sur la commune de Beauzelle a été précédé par l’exploration archéologique du terrain concerné, permettant de mettre au jour des occupations de diverses périodes, dont la plus remarquable remonte à l’Antiquité.

Chronique de site
Dernière modification
09 août 2017

Il s’agit d’une villa ou grand domaine agricole caractérisé par une partie dédiée à l’habitat des maîtres (pars urbana) et une partie dédiée à l’activité agricole (pars rustica). 

Premières occupations protohistoriques

La première trace d’occupation du site est une grande structure en creux à vocation domestique ayant livré un abondant mobilier céramique non tourné. La composition de la série, mêlant céramique fine et céramique grossière, permet d’avoir une vision globale de la production en cours à l’extrême fin de l’âge du Bronze, à une période charnière avec le premier âge du Fer, vers le milieu du VIIIe siècle avant notre ère. Ensuite, une occupation gauloise, située entre la fin du IIe siècle et le début du Ier siècle avant notre ère, est caractérisée par quatre petites fosses et par un puits associé à une fosse et à deux petits fours domestiques.

Un établissement sans équivalent dans la vallée

À la fin de la période flavienne et dans la première partie de la période des Antonins, c’est-à-dire entre la fin du Ier siècle et la première moitié du IIe siècle de notre ère, un établissement rural agricole prend place, sans équivalent dans la vallée de la Garonne, en aval de la cité antique de Tolosa. Il s’articule autour d’une partie résidentielle relativement importante (plusieurs bâtiments dont un bâtiment à hypocauste avec fossé d’évacuation des eaux et un petit bassin) et des dépendances agricoles (grange, pressoir à vis). La totalité des structures maçonnées qui nous sont parvenues appartient aux fondations des bâtiments. Ces divers bâtiments adoptent des constructions variées : solins de galets ou de terre cuite architecturale de récupération, avec des élévations en briques crues ou en autres matériaux périssables, et bâtiments à poteaux de bois dont les négatifs nous sont parvenus.
 

Niveau de vie élevé

L’abondant mobilier céramique reflète bien une activité domestique importante. Un ensemble de fossés, drains ou limites parcellaires, ceinture le domaine rural. Un chemin bordé de fossés permet d’accéder à la villa par le sud en traversant l’ensemble funéraire de Grand Noble 3 à Blagnac, daté de la second moitié du Ier  siècle et la fin du IIe siècle de notre ère. Des bâtiments en relation avec de l’élevage ont été installés à proximité d’une grande mare aménagée. Ce sont ces derniers qui, à l’Antiquité tardive, ont été choisis pour l’inhumation d’enfants, en amphore ou en coffre. Six puits témoignent de l’intense activité qui animait le site. La richesse du mobilier livré par trois d’entre eux, l’outillage agricole et les éléments architectoniques reflètent une habitation au niveau de vie élevé au cours du Bas-Empire.
 

Carte archéologique

Ces résultats permettent de poser des jalons supplémentaires sur l’occupation antique de la vallée de la Garonne en aval de Toulouse. L’important mobilier céramique recueilli, aussi bien pour la période du Haut-Empire que celle du Bas-Empire, ne présente guère de différence avec celui de la grande cité voisine, Toulouse. Il atteste d’un habitat permanent, même si son existence au-delà du demi-siècle ne paraît guère certaine pour les deux grandes phases d’occupation.