Un hameau carolingien (VIIIe-Xe siècle) à Noyal-sur-Vilaine, Ille-et-Vilaine

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

Le site de la Primaudière se déploie en pleine campagne entre les bourgs de Noyal-sur-Vilaine et de Chateaugiron, de part et d'autre d'une voie ancienne présente sur le cadastre napoléonien de 1850 et désormais chemin agricole. Le terrain présente des zones hautes et saines et d'autres, basses et humides, générées par un pli du terrain (talweg).

Un biface

Plus ancien témoignage du site, un biface datant du Paléolithique a été mis au jour, sans lien avec une structure archéologique. Malgré une cassure, cet outil est dans un état de fraîcheur étonnant. 

Un monument funéraire protohistorique

Au sud-est de la fouille, un ensemble de fossés délimite ce qui semble correspondre à un monument funéraire, probablement de l'âge du Bronze. Tout à côté, les vestiges d’un petit édifice sur poteaux de bois complètent les découvertes de ce secteur.

Un habitat du haut Moyen Âge

À partir du VIIIe siècle et jusqu’au Xe siècle, le site de la Primaudière est occupé par un habitat organisé selon un axe est-ouest, probablement de part et d'autre d'un chemin (actuel chemin agricole). Tout un réseau de fossés détermine des parcelles, certaines vouées à l'habitat, d'autres à l'exploitation agricole (cultures et élevage). Deux zones bâties principales ont été reconnues, mais d’autres, incomplètes ou perturbées, se devinent sur les marges. Au sud, trois bâtiments sur poteaux ont laissé au sol la trace de leur plan (l'écartement entre chaque poteau est très réduit, autour d'1 m, ce qui a facilité leur identification). Le plus important couvre une surface de 80 m2. Autour des bâtiments, des structures liées à la vie quotidienne sont apparues : foyers, silos enterrés pour la conservation des grains, fosses à la fonction souvent énigmatique (extraction de matériaux, stockage…) et de nombreux trous de poteaux correspondant sans doute à des annexes ou à des maisons dont le plan est difficile à reconnaître. Au nord du chemin, au cœur de la zone de fouille, une autre parcelle a elle aussi révélé des bâtiments sur poteaux, des fosses, des silos, des structures de combustion et un puisard. Enfin, immédiatement au nord du chemin, sur 25 m de large, la présence d'au moins un bâtiment, de quelques silos, foyers, fosses et trous de poteaux, assure d'une occupation alignée selon un mode plus éclaté. Nous avons ici l'exemple parfait d'un hameau le long d'un chemin, où deux fermes se distinguent et où les maisons et les champs sont clairement cernés. 

Bas Moyen Âge et époque moderne

Une nouvelle organisation parcellaire se met en place à partir du XIIIe-XIVe siècle, notamment au nord-nord est du chemin, en relation avec un probable habitat situé tout à côté, hors emprise de fouille.