Découvert lors d’un diagnostic en 2012, le site de Céreirède Rauze-Basse à Lattes a fait l’objet d’une fouille préventive sur une surface de 1 000 m² et concerné un petit monument funéraire néolithique d’un type rare. 

Chronique de site
Dernière modification
23 août 2017

Il s’agissait de dater ce monument, de préciser son implantation et, autant que possible, de restituer son élévation et l’architecture de la tombe centrale. La fouille a révélé le plan nettement ovoïde du petit fossé qui matérialisait un enclos de 16 m de long pour 13 m de large. Profond de 60 cm pour une largeur maximale de 80 cm, ce fossé présente une seule interruption, située du côté le plus étroit de l’ovale. Son dernier état montre un comblement composé de blocs de tuf (calcaire recomposé) disposés sur deux à trois assises (50 cm de hauteur maximale), qui constituent la base d’une architecture dont l’élévation a disparu.  

Une tombe individuelle a été découverte au centre de l’enclos. Elle était installée dans une fosse de 2 m de large pour 1,40 m de profondeur maximale, sous près de 1,60 m de recouvrement. Plusieurs grandes dalles calcaires brisées ou effondrées dans le comblement de la fosse sépulcrale laissent supposer la présence d’une imposante architecture funéraire (semi-mégalithique). Un seul individu, de sexe indéterminé, se trouvait au centre de la tombe, en partie recouvert par la plus grosse dalle.  

Quelques fragments de céramique issus du fossé et huit pointes de flèche trapézoïdales en silex, trouvées à la base du comblement de la chambre sépulcrale, permettent de rattacher ce monument à une phase très récente du Chasséen méridional, autour de 3 600 ans avant notre ère.