Depuis deux ans, les archéologues de l'Inrap et les bâtisseurs du chantier médiéval de Guédelon collaborent à un étonnant projet d'archéologie expérimentale : la réalisation d'un moulin du XIIe siècle, selon les techniques de l'époque.
Elle s'appuie sur les vestiges de deux moulins hydrauliques mis au jour en 2008 à Thervay (Jura), l'un de la période carolingienne, l'autre daté entre le milieu du XIe et la fin du XIIe siècle. Cette découverte enrichit considérablement les connaissances sur la mouture hydraulique à l’époque médiévale. 

Dernière modification
19 août 2016

Le projet d’archéologie expérimentale mené par Guédelon et l’Inrap permet d’aller plus loin dans la compréhension des techniques de construction en vigueur à l’époque : la confrontation de la théorie, des hypothèses issues des fouilles et de la réalité de la construction, permet d’approcher au plus près le savoir-faire des artisans médiévaux. Cette collaboration scientifique se poursuit en un véritable projet de médiation, Guédelon étant ouvert au public, notamment à l’occasion des Journées nationales de l’archéologie (6-8 juin 2014). 

À l’origine du projet : les moulins de Thervay

À 30 kilomètres de Besançon, le site des moulins de Thervay a été fouillé par l’Inrap à l’occasion des travaux du tracé de la LGV Rhin-Rhône, mené par Réseau ferré de France. Cette découverte et ses enjeux sont importants, car l’archéologie de la meunerie hydraulique médiévale est encore peu développée. Les fouilles ont mis en évidence deux installations qui se succèdent sans continuité entre la période carolingienne et la fin du XIIe siècle. Ces moulins en bois ont été préservés par le contexte humide dans lequel ils ont été découverts. Au total, 189 pièces appartenant au mécanisme ou à la charpente du second moulin ont été mises au jour. Les caractéristiques des moulins indiquent d’importantes évolutions dans les techniques et les capacités de mouture entre la période carolingienne et les XI-XIIe siècles.

Reconstruire un moulin

L’enjeu de la collaboration entre archéologues et bâtisseurs était de construire un moulin productif, de taille réelle, inspiré des découvertes de Thervay. Le moulin, qui produira de la farine pour les besoins du fournil du château, est établi sur un ruisseau. Ce cours du ruisseau est totalement canalisé dans des ouvrages de bois. Avec ses 5 m de longueur, 2,50 m de largeur et 5,60 m de hauteur, ce moulin est équipé d’une roue à aubes de 2,40 m de diamètre entraînant une meule de près de 1 m de diamètre et d’environ 250 kg. Mis en eau au printemps, ce moulin est inauguré et présenté au public le 21 mai 2014. 

Le chantier médiéval de Guédelon

Guédelon a pour mission de construire un château fort selon les techniques et avec les matériaux utilisés au Moyen Âge. Au milieu d'un espace naturel mettant à disposition toutes les matières premières nécessaires à la construction - pierre, bois, terre, sable, argile... -, des carriers, tailleurs de pierre, maçons, bûcherons, charpentiers, forgerons, tuiliers, charretiers, vanniers, cordiers... bâtissent jour après jour un véritable château fort sous les yeux de milliers de visiteurs. Ce chantier, débuté en 1997, devrait durer environ 25 ans. L'intérêt majeur d'une telle aventure réside dans l'observation des différentes phases de travaux. Chaque étape de construction est unique et constitue un événement en soi. Quel que soit le créneau de réflexion retenu pour aborder ce chantier, Guédelon répond à bien des attentes de l'homme du XXIe siècle. Guédelon est un chantier scientifique, historique, pédagogique, touristique et humain. 

Réalisation Chantier médiéval de Guédelon 
Responsables scientifiques Gilles Rollier et Pierre Mille, Inrap – Maryline Martin et Florian Renucci, Guédelon 
Aménagement de la LGV Rhin-Rhône  Réseau ferré de France 
Recherche archéologique Inrap