A Crosville-la-Vieille, Eure, la fouille a été conduite sur une surface de 4 200 m2.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Le projet d'aménagement a permis de fouiller, en partie, l'aire interne d'un vaste enclos protohistorique et de mettre en évidence une occupation fugace du Bronze moyen uniquement matérialisée par des éléments céramiques.

Le site est fondé durant le dernier siècle avant notre ère et ne semble pas perdurer au-delà de cette phase. Il se développe sur le plateau est de la ville du Neubourg, à environ 20 km à l'ouest d'Évreux, le terrain présentant des alternances de plages d'argile à silex et de limon. Le site a été décapé sur une surface de 4 200 m2, ce qui a permis de mettre au jour près de 200 structures archéologiques.

Un riche mobilier céramique et métallique, complété par quelques restes fauniques (chevaux et bovidés) a été découvert ainsi que des vestiges témoignant d'activités artisanales et domestiques : meules, scories de forges et battitures. La post-fouille étant en cours, les informations présentées ici sont vouées à évoluer mais présentent, d'ores et déjà, un grand intérêt pour le département de l'Eure. Lors de la phase de diagnostic, un dépôt d'objets en fer a été retrouvé au sein d'un bâtiment sur poteaux plantés (bâtiment II). Ce lot d'ustensiles regroupe principalement des outils à douille, une chaîne et deux anses de chaudrons. Le fossé d'enclos est matérialisé sur un seul côté et a été reconnu sur 55 m de long. Sa largeur est de 3,50 m pour une profondeur sous décapage de 2,20 m. La puissance du fossé est accentuée par la présence d'un espace vide de près de 5 m de large entre les premières structures d'habitat et le bord interne du fossé. Le plan partiel de l'enclos permet d'identifier l'importance et la fonction de cet ensemble. Les bâtiments, au nombre de 7, sont, soit de plan rectangulaire, soit carré. Les structures de soutènement sont robustes et s'organisent suivant un axe de construction qui respecte le bord interne du fossé. Les premières analyses permettent de préciser que nous ne sommes pas directement sur la partie d'habitat, mais sur des aires d'artisanat et de stockage.

Des structures remarquables (cave ou cellier enterré, fosses ateliers [forges ?] et silos) sont localisées dans la partie nord de l'emprise. L'est du décapage est davantage voué à l'édification de bâtiments de remise ou granges. Le mobilier céramique est riche d'un corpus de plus de 900 tessons, ce qui est illustré par près de 60 formes complètes. Il s'agit principalement de récipients indigènes associés à des amphores italiques, gauloises et hispaniques.