A Marseille, Bouches-du-Rhône. La fouille a été effectuée sur une parcelle de 110 m2 entre les sites de Voie Nouvelle et de Bernard-du-Bois, à l'angle des rues Longue-des-Capucins et Bernard-du-Bois.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Destinée à la construction d'une résidence étudiante, elle a permis d'étudier une grande fosse néolithique et de repérer un vignoble grec.

Une grande fosse du Néolithique moyen

L'occupation du site au Néolithique moyen (entre 4200 et 3800 avant notre ère) a livré une dizaine de petites fosses ainsi qu'un creusement plus important, tronqué à l'est et au sud par des constructions modernes, mais néanmoins conservé sur une longueur de plus de 8,50 m et une largeur de 2,90 m.

Cette grande fosse était remplie par de multiples comblements, indiquant une relativement longue durée d'utilisation. Elle contenait de nombreux vases, des pièces en silex (lames, lamelles, nucléus, outils), quelques restes de boeuf et plus d'un millier de fragments de coquillages marins. Ceux-ci sont surtout des murex, des bigorneaux et des cérithes, habituellement consommés à Marseille au Néolithique moyen.

Il est possible que, à l'origine, la fosse ait été creusée pour extraire de l'argile destinée à la production des céramiques ou pour réaliser les constructions en terre crue repérées sur les sites environnants. Une fois cette activité terminée, elle a été comblée peu à peu par des rejets provenant de l'habitat alentour.

Un vignoble de la période grecque

À la période grecque classique, aux Ve-IVe siècles avant notre ère, a commencé la plantation de vignes. Comme sur les sites voisins, les fosses de cultures sont associées à d'autres témoignant de la multiplication par marcottage des meilleurs ceps. À cette première mise en culture - une des plus anciennes de France - a succédé une seconde, dont les orientations différentes sont datées du IIIe siècle avant notre ère.

Enfin, quelques centaines de mètres plus au sud, une grande fosse datant de cette dernière période était probablement dévolue à l'extraction d'argile à ciel ouvert, comme sur le site de l'Alcazar.