À Saint-Jouan-des-Guérets (Ille-et-Vilaine), un domaine agricole de l'âge du Fer vient d'être mis au jour. À l'occasion des Journées européennes du Patrimoine, le chantier sera ouvert au public le dimanche 17 septembre 2017.

Dernière modification
14 septembre 2017

Dans le cadre de l’aménagement de la ZAC Atalante, Saint-Malo Agglomération a désigné l’Inrap pour conduire l’ensemble des opérations archéologiques prescrites par la Drac Bretagne. La dernière fouille a débuté en juin à Saint-Jouan-des-Guérets.
Les archéologues y ont mis au jour un imposant habitat enclos gaulois. Une opération précédente, menée en 2015, avait permis la mise au jour de plusieurs maisons datées du Néolithique moyen (4300 ans avant notre ère), de plusieurs fosses de chasse (- 2500 ans) et de systèmes parcellaires gallo-romains. Plus de 6 000 ans d’occupation humaine sont ainsi retracés.
Le chantier sera exceptionnellement ouvert au public pour les Journées européennes du patrimoine.
À l’issue de la campagne de fouilles, la contrainte archéologique sera levée et permettra l’aménagement de la ZAC Atalante et les constructions attendues.

Un imposant domaine agricole de l’âge du Fer

Un enclos de 3 000 m², circonscrit par une série de fossés peu profonds, semble correspondre à une toute première occupation gauloise. Puis, aux  IIe-Ier siècles avant notre ère prend place un habitat d’envergure dont l’aspect contraste avec l’occupation précédente. Un enclos de 4 700 m² délimité par de puissants fossés (4 m de large et jusqu’à 2,60 m de profondeur) et doté d’une entrée à portail constitue l’unité résidentielle du site. Contre sa limite ouest, une petite cour comprend la maison principale. Construite à l’aide de très forts poteaux de bois, celle-ci est particulièrement imposante. Six autres cours s’articulent autour de la première, formant un ensemble cohérent de 2 ha, sans doute consacré à l’élevage et à l’agriculture. D’autres bâtiments sur poteaux sont recensés, essentiellement dans les angles des cours, ou rangés le long des talus qui doublent les fossés sur le pourtour interne des enclos. Dans des parcelles adjacentes à la ferme, deux puits et deux ateliers de forge ont été mis au jour.
L’ensemble constitue un vaste domaine agricole, au caractère ostentatoire, traduisant le statut social élevé de son propriétaire.

Des maisons et des fosses de chasse du Néolithique

Plusieurs millénaires avant la période gauloise, l’Homme avait déjà fréquenté les lieux.  
La fouille de 2015 a livré les restes de cinq maisons en bois du Néolithique moyen, sur la partie nord de la colline. Les archéologues ont retrouvé des traces de leurs fondations, sous la forme de trous de poteau imposants. Trois d’entre elles sont datées de 4300 à 4100 ans avant notre ère (datation au Carbone 14). De plan rectangulaire et de bonne taille (63 à 150 m²), chaque logement est assez vaste pour abriter une ou plusieurs familles. À proximité des maisons ont été retrouvés trois foyers, dont deux à pierres chauffées. Un petit outillage en silex et des fragments de poterie non tournée composent l’essentiel du mobilier archéologique accompagnant ces aménagements.
Réparties sur toute la surface de fouille, huit fosses aux profils caractéristiques en « Y », en « V » ou en « W » datant pour l’une d’entre elles de la toute fin du Néolithique (2800 à 2500 ans avant notre ère) ont aussi été identifiées. Interprétées comme des fosses servant à piéger les animaux, ces excavations de deux à trois mètres de profondeur n’étaient connues que de manière très ponctuelle en Bretagne. Ce corpus, exceptionnel dans le Grand Ouest, contribue à documenter un thème de recherche encore très récent en France.

Un site occupé par l’Homme de la Préhistoire à nos jours

Outre les occupations au Néolithique et à l’âge du Fer, les archéologues ont mis au jour, environ 200 m au sud de la ferme gauloise, deux grandes parcelles rectangulaires d’époque gallo-romaine.  Aux premiers temps du Moyen Âge (VIe-Xe siècles), les lieux sont également fréquentés, comme l’atteste la mise au jour de plusieurs fours aux formes longues, interprétés comme des structures de séchage de grains, ainsi que la présence d’un enclos ovale d’environ 1 000 m². La suite de l’opération prévoit la fouille d’une dernière zone de 2,5 ha au sud, consacrée à l’occupation gallo-romaine.
Au final, les deux fouilles (2015 et 2017) auront permis d’étudier une surface de 14,5 ha. L’ensemble des découvertes témoigne de l’intérêt des Hommes, pendant plus de 6 000 ans, pour des terrains idéalement placés et aux bonnes qualités agronomiques, sur le versant oriental de la colline de Blanche-Roche.

O
Affiche St Jouan des guerets
uverture exceptionnelle du chantier le 17 septembre 2017
À l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, Saint-Malo Agglomération ouvre exceptionnellement au public le chantier de fouille le dimanche 17 septembre. Les archéologues de l’Inrap proposeront des visites guidées ainsi que des animations pédagogiques sur la paléométallurgie et la carpologie (étude des graines).

Informations pratiques
Journée portes ouvertes le dimanche 17 septembre 2017, de 10h à 18h.
Lieu : Parc Technopolitain - ZAC Atalante, zone de stationnement fléchée.
Tout public, gratuit.
Prévoir de bonnes chaussures pour la visite.
 
Aménageur : Saint-Malo Agglomération
Contrôle scientifique : Service régional de l’Archéologie (Drac Bretagne)
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique : Anne-Louise Hamon, Inrap