Une équipe d'archéologues de l'Inrap mène actuellement, sur prescription de l'État (Drac Basse-Normandie), une fouille de 20 hectares à Fleury-sur-Orne, dans le cadre de l'aménagement de quartiers d'habitation par Normandie Aménagement et l'agglomération de Caen-la-Mer.

Dernière modification
24 mai 2016

Le site révèle une importante nécropole du Néolithique moyen (4500 avant notre ère) contenant une vingtaine de monuments funéraires dont un tertre encore intact. 

Il y a 6500 ans, une architecture funéraire monumentale

Au cours du Néolithique moyen, de nouveaux types de monuments funéraires apparaissent : des constructions de terre et de bois, dont la longueur varie de quelques dizaines à plusieurs centaines de mètres.
Ces sépultures monumentales, les premières du genre sont dénommées  « de Passy » - du nom du site éponyme dans l'Yonne. Ces grands monuments allongés sont délimités par des fossés auxquels peuvent être associée une palissade. Elle enserre un tertre abritant la tombe de défunts remarquables. En rupture avec les traditions antérieures, ces monuments funéraires suggèrent une nouvelle hiérarchisation de la société.
À Fleury-sur-Orne, une vingtaine de ces tombes monumentales a été repérée par les archéologues. Leur taille et leur morphologie sont variées : de 12 m à 300 m de longueur, enserrés de fossés de 20 cm à plus de 15 m de large.
Il y a 6500 ans, une architecture funéraire monumentale

Un tertre encore intact

Il y a 6500 ans, ces sépultures étaient recouvertes d'un tertre de terre, une élévation  que l'agriculture moderne a généralement fait disparaître. À Fleury, l'un deux a été exceptionnellement fossilisé par un chemin antique. Son mode de construction est très original : des murs en « mottes de gazon », édifiés à partir de plaques de tapis herbeux empilées. L'étude des éboulements suggère que ce tertre, ou tumulus, devait atteindre, à l'origine, plus de 2 m de haut. De tels tumuli étaient encore visibles dans le paysage de Fleury jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

Sous les tertres, les sépultures...

Chaque monument est conçu pour abriter quelques sépultures, souvent un seul défunt. Les sépultures les plus caractéristiques sont très grandes - 3,50 à 4 m de long - et contiennent un homme en armes. Peut-être un arc, assurément des flèches dont seules les pointes nous sont parvenues. Des moutons entiers sont placés en guise de viatique auprès du défunt. 
Contemporaines des grands dolmens des rives de l'Atlantique, les tombes monumentales de Fleury ont mobilisé des énergies considérables au bénéfice de quelques-uns et signent l'émergence d'une différentiation sociale.
Ces fouilles déboucheront prochainement sur une série d'analyses, paléo-génétiques, isotopiques, parasitologiques,  pour en savoir plus sur la lignée de ces groupes humains, mais aussi sur leur alimentation, les maladies dont ils souffraient...
Aménagement : Normandie Aménagement et l'agglomération de Caen-la-Mer
Contrôle scientifique : Service régional de l'Archéologie (Drac Basse-Normandie)
Recherche archéologique : Inrap
Responsables scientifiques : Emmanuel Ghesquière, Inrap et Philippe Chambon, CNRS
Contact(s) :
 
Mahaut Tyrrell
chargée de communication médias
Inrap, service partenariats et relations médias
01 40 08 80 24
%20mahaut.tyrrell [at] inrap.fr
 
Mélanie Scellier 
chargée du développement culturel et de la communication Inrap, direction interrégionale Grand-Ouest 
06 71 04 59 92 
melanie.scellier [at] inrap.fr