Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
04 mars 2016
Colloque
La guerre et ses traces

L’Inrap aux « Rendez-vous de l'Histoire de Blois » du 10 au 13 octobre 2013.
L'Inrap consacre une après-midi de conférences à « la guerre et ses traces », le jeudi 10 octobre, de 14h à 18h, à l'auditorium de l’École nationale d’ingénieurs du Val de Loire - Petit amphi, ENIVL, Rue de la Chocolaterie, à Blois.

La guerre et ses traces
par Eric Gailledrat, CNRS - "Archéologie des Sociétés Méditerranéennes"

Le site de Pech Maho, fortifié dès sa fondation vers le milieu du VIe siècle avant notre ère, est doté à la charnière des IVe-IIIe avant notre ère, d'un puissant système défensif, témoignant d'emprunts au registre méditerranéen. Le site est brutalement détruit dans le dernier quart du IIIe s. avant notre ère, dans un contexte qui est celui de la seconde guerre punique. Les traces de combat et de pillage émaillent les niveaux de destruction mais, il apparaît désormais que peu de temps après cet évènement brutal, une série de manifestations à caractère rituel s'inscrivent dans un apparent processus de commémoration, qui culmine avec l'érection d'un bûcher collectif. Entre banquets, sacrifices d'équidés, défunts « particuliers » et réaménagements ponctuels de ce qui fut un habitat, l'ensemble de ces gestes s'inscrit dans une thématique guerrière ou la dimension héroïque semble mise en exergue. Vainqueurs ou vaincus ? Au-delà des seuls guerriers, c'est bien la réaction face à la violence d'un groupe social pris dans son ensemble qu'il s'agit de mettre en lumière.
Eric Gailledrat est chargé de recherche au CNRS Habilité à Diriger des Recherches, affecté à l'UMR 5140 « Archéologie des Sociétés Méditerranéennes » (Montpellier-Lattes). Ancien membre de l'Ecole des Hautes Etudes Hispaniques, ses travaux portent sur les mécanismes d'échange et d'interaction entre mondes indigènes (Espagne, Sud de la France) et cultures méditerranéennes. Responsable des fouilles de Pech Maho (2004-2012), il est également responsable scientifique de la fouille de Lattara (Lattes, Hérault).
 
Bibliographie
  • E. Gailledrat, N. Anwar, A. Beylier, A.-M. Curé, H. Duday, A. Gardeisen, Pech Maho (Sigean, Aude), dans R. Roure, L. Pernet (dir.), Des rites et des hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne, Paris, Errance, 2011, p. 152-157.
  • E. Gailledrat, A. Gardeisen, Assemblages originaux d'équidés du IIIe s. av. n. ère sur le site de Pech Maho (Sigean, Aude) », dans A. Gardeisen, E. Furet, N. Boulbes (eds), Histoire d'équidés : des textes, des images et des os, Actes du colloque organisé par l'UMR5140 du CNRS, Montpellier, 13-14 mars 2008, Monographies d'Archéologie Méditerranéenne, Hors-série n°4, Lattes, ADAL, 2010, p. 105-123.
  • E. Gailledrat, A. Beylier, La fortification de Pech Maho (Sigean, Aude) aux IVe-IIIe s. av. n. ère, dans « Les fortifications préromaines en France méridionale », Actes de la Table-ronde de Lattes (23 mai 2008), Documents d'Archéologie Méridionale, 32, 2009, p. 97-122.
  • E. Gailledrat, Y. Solier (dir.), L'établissement côtier de Pech Maho (Sigean, Aude) aux VIe-Ve s. av. J.- C. (fouilles 1959-1979), Monographies d'Archéologie Méditerranéenne, 19, Lattes, ADAL, 2004, 467 p.
Année :
2013