Une équipe de l'Inrap mène depuis le 27 janvier 2014 une opération de fouille préventive au pied de la cathédrale du Mans, place du Jet d'eau, dans le cadre des travaux d'aménagement urbain menés par le groupement SEM-TRANSAMO pour le compte de Le Mans Métropole.

Chronique de site
Dernière modification
29 août 2016

Prescrite par le service régional de l'Archéologie (Drac Pays-de-la-Loire), l'opération archéologique consiste à surveiller les travaux de terrassements et étudier les vestiges antiques, médiévaux et modernes ainsi mis au jour. En quelques semaines, les archéologues ont identifié les traces d'un quartier d'habitat médiéval, abandonné lors de la mise en défense de la ville au XIVe siècle. Les archéologues ont aussi repéré le fossé défensif et étudié une partie de la muraille médiévale. 

Un quartier médiéval abandonné au XIVe siècle

Située au pied de la cathédrale, la place du Jet d'eau est bordée au nord par la muraille médiévale. Elle est située sur les abords externes de l'espace urbanisé ancien. Les archéologues y ont mis au jour un quartier d'habitat médiéval qui s'organise autour de deux rues perpendiculaires : l'une, évoquant plutôt un chemin, l'autre consistant en une voie pavée du XIVe siècle, particulièrement bien conservée, qui desservait le quartier canonial. Sous cette voie, une autre rue plus ancienne, elle aussi pavée, a été mise au jour. Le long de cet axe, les archéologues ont également exhumé plusieurs maisons,  probablement habitées par une population aisée. Ils ont enfin recueilli de nombreux éléments de la culture matérielle de l'époque : céramiques, verre, parure (boucle de chaussure, épingle..), qui apporteront des éléments de datation précis.
L'ensemble de ce quartier est rasé au XIVe siècle pour des raisons militaires, lorsque la ville est mise en défense contre les Anglais : une imposante muraille bordée par un grand fossé est alors construite. Au sol, l'état des maisons retrouvées par les archéologues rend compte de cette phase d'abandon. L'opération archéologique comporte aussi un relevé d'une partie du fossé médiéval, permettant d'en définir les dimensions en lien direct avec sa fonction défensive, ainsi qu'une étude d'une section du mur d'enceinte encore en élévation (étude de bâti).

Confronter les vestiges aux sources historiques

Après la phase sur le terrain, les archéologues poursuivront leurs recherches par une phase d'étude. Un long travail de confrontation avec les sources historiques sera notamment réalisé pour vérifier de multiples hypothèses : la voie pavée correspond-elle à la rue Saint-Julien ? Le chemin à la rue Hérault ? Le quartier était-il habité par des nobles ? Quels étaient ses liens avec la cathédrale et le quartier canonial ? Comment l'histoire de ce secteur s'articule-t-elle avec les événements historiques, notamment la guerre de Cent
Ans ?
Ce travail scientifique sur les archives comparé à l'analyse des données archéologiques sera synthétisé dans un rapport final.
S'inscrivant dans la lignée des opérations antérieures (fouille de la place des Jacobins en 2010, fouille en haut du tunnel en 2013), la fouille de la place du Jet d'eau permettra d'enrichir les connaissances sur l'histoire du Mans et de mieux comprendre l'occupation du secteur en particulier à l'époque médiévale.
Aménagement : SEM-TRANSAMO pour le compte de Le Mans Métropole
Contrôle scientifique : Service régional de l'Archéologie (Drac Pays-de-la-Loire)
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique : Stéphane Augry, Inrap
Contact(s) :

Sandrine Lalain
Chargée de développement culturel et communication
Inrap, direction interrégionale Grand Ouest
02 23 36 00 64 - sandrine.lalain [at] inrap.fr