La ZAC de la Fontanille II, implantée sur la commune de Lempdes (Puy-de-Dôme) est située sur la bordure sud de la plaine de Limagne et se développe sur une superficie de 37 hectares.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Ce terroir a fait l'objet de diagnostics archéologiques en 2007. Les résultats ont alors confirmé la richesse des vestiges relatifs à l'âge du Bronze ancien (2150-1750 avant notre ère).


Durant 11 mois, une surface de 10 hectares divisée en 3 zones a été fouillée. Sur l'une des zones, des vestiges de l'âge du Fer - forge, sépultures, réseau de fossé - matérialisant une ferme indigène, ont été découverts. Les vestiges domestiques et funéraires les plus significatifs relèvent des zones 2 et 3 et sont datés de l'âge du Bronze ancien et moyen (vers 1600 avant notre ère).

Les espaces domestiques du Bronze ancien

Les fondements économiques des communautés du début de l'âge du Bronze sont l'agriculture et l'élevage. De vastes zones, regroupant des centaines de fosses-silos et des bâtiments de taille modeste du type greniers surélevés sur poteaux porteurs, ont été découvertes. Cette dominante des activités agropastorales est confortée par la présence de matériel de mouture (meules, molettes, broyons...), retrouvé dans le remplissage des fosses avec des restes animaux. On ne peut en fournir aujourd'hui d'indication chiffrée, mais le spectre faunique le plus fréquemment rencontré est dominé par le Boeuf domestique, accompagné de Porc (ou Sanglier) et de Caprinés. Parmi ces derniers, seul le Mouton est attesté. La présence du Chien est sporadique, et aucun oiseau n'a encore été identifié. Le seul représentant de la faune sauvage est le Cerf. De nombreux objets de la vie quotidienne témoignent de la confection de mobilier céramique, de la fabrication d'outils en os (gaines de haches façonnées à partir de bois de Cerf, lissoirs, spatules, poinçons...).
Bien que les vestiges du Bronze moyen soient ténus sur l'ensemble du site, la zone 3 a livré un ensemble de huit structures de combustion et de la céramique associée (tasses carénées à anses, rehaussées de décors excisés et poinçonnés).

Les ensembles funéraires

Trois ensembles funéraires ont été identifiés sur le site et quelques sépultures ont été mises au jour parmi les structures domestiques. Le premier ensemble funéraire prend place le long de la limite nord de la zone 2. Il se démarque par la présence d'un enclos circulaire au centre duquel 3 sépultures ont été retrouvées superposées. Une quatrième sépulture prend place dans l'enclos. On dénombre 22 autres sépultures, parmi lesquelles 10 fosses munies d'un dispositif de calage en pierres ou en terre (1) entourant initialement un coffre en bois, une jarre contenant les restes d'un enfant et 11 fosses ne présentant pas d'autre trace d'architecture.

Les deux autres ensembles funéraires ont été mis au jour sur la zone 3. 37 sépultures ont déjà été fouillées, dont 13 fosses munies d'un dispositif de calage en pierres, 20 fosses simples. Quatre fosses se démarquent toutefois par leur morphologie circulaire comparable à celle des fosses-silos. Ces 4 autres structures sont trop arasées pour permettre d'identifier une quelconque trace d'architecture. L'ensemble actuellement en cours de fouille présente 10 sépultures déjà fouillées (9 fosses et une jarre).

Les sépultures contiennent un sujet, plus rarement deux, placé en position fléchie. Hommes, femmes et enfants semblent avoir bénéficié d'un traitement équivalent, excepté l'inhumation au sein des « jarres-cercueils », réservée aux jeunes enfants.