A Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône, la fouille concerne une superficie de 2 900 m2 et fait suite à l’évaluation archéologique, réalisée en 2002, de l’emprise de la future ZAC de Ravanas, qui couvre une superficie de 134 540 m2.

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Trois zones sensibles et disjointes (totalisant 15 000 m2) avaient été détectées durant le diagnostic et révélaient la présence de fosses de l’âge du Fer et de traces de mise en culture (vigne) durant l’Antiquité. Plusieurs champs ont été distingués, limités par des éléments tels qu’un chemin et des fossés susceptibles de faire partie des marqueurs du parcellaire.

La première installation humaine repérée dans cette partie du terrain est datée vraisemblablement de l’âge du Fer et se matérialise par la présence de trois foyers à galets chauffés. Le phénomène le plus remarquable est l’implantation, postérieure, d’un vignoble datable de la fin du Ier s. La situation topographique originale de ce site, sur le versant sud d’un coteau, offre la possibilité d’une étude de la mise en culture d’un versant. Un chemin empierré et un fossé limitent deux parcelles cultivées d’orientation divergente. Le mode cultural privilégié observé sur le site est celui du défoncement en tranchées continues. Cette technique de préparation du terrain consiste à creuser des tranchées sur toute la longueur de la parcelle à mettre en culture. Les plants y sont ensuite installés à intervalles réguliers pour former des rangées. Trente tranchées linéaires ont été dégagées sur l’emprise de la fouille. Elles sont associées à des traces de provignages perpendiculaires. Deux états successifs ont été mis en évidence : le chemin, installé postérieurement à la mise en place du vignoble, vient modifier le schéma initial et entraîne l’abandon de l’extrémité d’une parcelle. La surface du champ antique a été ponctuellement conservée dans l’emprise de l’une des parcelles. La recherche d’éventuelles traces d’outils, de même que la détermination de la nature du milieu au travers d’études malacologique et géomorphologique, sont au programme de cette opération. Le diagnostic avait permis la découverte sur ce site du vignoble aixois antique, repéré sur une vaste superficie et offrant un état de conservation stratigraphique remarquable. Sa fouille offre l’opportunité d’appréhender l’exploitation et l’aménagement d’une zone de culture encore inédite, située aux franges de l’agglomération antique d’Aquae Sextiae, localisée à moins de 1,500 km des limites de la cité.