A Meaux, Seine-et-Marne, une intervention archéologique a été réalisée sur une parcelle située à environ 1,5 km au nord-est du noyau urbain actuel.

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

L'emprise de la fouille, d'une superficie de 4 163 m2, se trouve notamment à 300 m au sud-est du sanctuaire antique de la Bauve, occupé de la fin du au Ve s.Bordé et en partie scellé par un chemin d'époque moderne ou médiévale, l'habitat du haut Moyen Âge mis au jour est constitué d'un ensemble de bâtiments sur poteaux entourés par de nombreuses fosses de stockage ou dépotoirs et des foyers excavés.

L'absence de fonds de cabanes, de puits et de fours est toutefois à noter. La céramique issue du comblement des structures se rattache essentiellement à une période comprise entre le VIIIe et le XIe s. L'importante densité de vestiges sur une faible surface et leurs nombreux recoupements nous incitent à distinguer plusieurs phases d'occupation. Les orientations variées des édifices corroborent cette constatation. Les types de construction se répartissent entre greniers sur quatre, six ou neuf poteaux et bâtiments allongés à une, deux ou trois nefs. Un édifice de 11 x 5,5 m de côté se distingue par son plan particulier : une nef centrale de 3,2 m de large flanquée de bas-côtés ou galeries latérales d'1 à 1,5 m de large. Tous les poteaux externes sont ainsi doublés intérieurement et disposés en vis-à-vis. La profondeur plus importante des poteaux internes fait supposer l'existence d'un étage. L'agencement spatial et la chronologie relative des édifices suggèrent la succession ou la juxtaposition de deux unités agricoles, associant bâtiment d'habitation et aménagements annexes pour le stockage ou d'autres activités domestiques non définies, la rareté du mobilier associé ne nous permettant pas de préciser la nature de ces dernières. Deux sépultures isolées d'enfants ont aussi été retrouvées en marge de l'établissement médiéval à une distance respective de 50 et 70 m. L'orientation de ces inhumations et l'absence de mobilier funéraire associé permettent de proposer une datation comprise entre le VIIe et le XIIIe s. Leur contemporanéité avec l'habitat est toutefois supposée de par leur proximité. Une datation 14C de ces sépultures est en cours dans le but de confirmer ou non cette hypothèse. Le diagnostic préalable à la fouille avait également révélé des structures de même période à une centaine de mètres au nord-est de l'habitat dégagé.

Le secteur concerné par cette autre installation n'a finalement pas été intégré au projet d'aménagement, mais atteste tout de même de l'existence d'une occupation du sol polynucléaire durant la fin de l'époque carolingienne sur cette portion du territoire communal de Meaux. Une occupation ponctuelle des XIIIe-XIVe s., révélée par la présence de fragments de céramique datés de cette période dans certaines structures, est également à mentionner.