Un projet d'aménagement, par ADP à Bonneuil-en-France (Val-d'Oise), dans l'enceinte de l'aéroport du Bourget, a donné lieu à des sondages archéologiques, réalisés en 2007.

Chronique de site
Dernière modification
19 février 2016

Ceux-ci ont révélé l'existence d'un village entier du début du Moyen Âge (Ve-Xe siècle) à moins de 500 m du village actuel de Bonneuil-en-France. La fouille de ce village s'effectuera durant plusieurs années et permettra d'approfondir les connaissances sur l'origine de nos villages. Une équipe de l'Inrap entame, en 2010, les investigations au coeur du site sur une surface d'1,5 ha, soit 10 % de la surface totale du projet.


L'origine de nos villages

Une fois toutes les phases de fouilles réalisées, il sera possible de révéler un village complet avec une partie de son terroir, ses maisons, ses bâtiments agricoles, ses ateliers, ses jardins, son mode de vie, etc. Ces 15 ha témoignent d'une occupation durant plus de six siècles avec des mutations successives. Il est important de les comprendre car elles sont bien souvent le reflet de changements plus vastes à l'échelle de la société. Les Xe-XIe siècles représentent une période charnière où nos villages actuels se sont développés : sont-ils le fruit de déplacement d'anciens pôles de peuplement, de mutations ou de regroupement de plusieurs hameaux ?

Les composantes de l'habitat : bâtiments, silos, fours...

La parcelle fouillée en 2010 est localisée en plein coeur de l'ancien village et recèle une grande partie des vestiges caractéristiques des habitats ruraux du haut Moyen Âge. Un chemin qui traverse le site permet de rejoindre la rivière et sans doute un autre axe de circulation. Le bâti est essentiellement constitué d'architecture de bois et torchis et se repère grâce aux trous de poteau. Ces constructions sont associées à des silos à grains, des fours culinaires, des foyers, des fosses dépotoirs, etc. L'espace est délimité par des fossés parcellaires, les espaces vides peuvent témoigner de l'existence de cours et de jardins cours et jardins.

Un cimetière et des sépultures isolées

Le cimetière a été repéré, lors des sondages, au nord-est du village. Même s'il concentre la majeure partie des inhumations, il est courant, au haut Moyen Âge, de rencontrer des sépultures isolées au milieu des vestiges d'habitat.

Le mobilier archéologique

Les objets trouvés sont le reflet du quotidien des habitants de ce village : la vaisselle, les outils et les ustensiles, les parures, les restes osseux des animaux élevés et consommés. Leur étude permet de dater les différents vestiges et d'établir des plans chronologiques mais également d'évaluer le mode et le niveau de vie.