Retrouvez le programme et les enregistrements du séminaire scientifique et technique de l'Inrap qui s’est tenu à Caen, les 28 et 29 septembre 2017.

Dernière modification
09 février 2018

Le séminaire organisé à Caen par l’Inrap et ses partenaires a pour objet le diagnostic archéologique comme acte scientifique et outil de recherche. Il s’inscrit dans un débat aussi ancien que la pratique du diagnostic archéologique lui-même et souhaite le prolonger.

Séminaire scientifique et technique de l'Inrap

Caen, les 28 et 29 septembre 2017

Organisé par l'Inrap (David Flotté et Cyril Marcigny)  avec le soutien du département du Calvados et de la Mairie de Caen. Le séminaire a eu lieu dans l'auditorium du château. 

Comité scientifique : Dany Barraud (Ministère de la Culture),  Jean-François Berger (CNRS), Nicola Coulthard (Coll.), Karim Gernigon (Ministère de la Culture), Patrick Pion (Inrap), Franck Sumera (Ministère de la Culture), Marc Vander Linden (UCL), Antide Viand (Coll.).

Pionnier il y a une trentaine d’années, assez couramment pratiqué sur l’ensemble du territoire depuis vingt ans, le diagnostic a en effet suscité depuis 1993, et surtout depuis la mise en place de la loi de 2003, la publication d’une série de tables rondes ou de séminaires organisés par le Ministère de la Culture et par l’Inrap. Les actes de ces rencontres témoignent du développement de la pensée archéologique et des acquis méthodologiques associés à cette pratique spécifique. Ils montrent également que l’on demeure au seuil de la réflexion sur la capacité à utiliser les données qui en sont issues comme de véritables objets archéologiques à la portée scientifique convergente mais aussi bien souvent complémentaire des résultats obtenus lors de fouilles. Alors que la valeur scientifique de la donnée issue d’un diagnostic paraît généralement admise, le potentiel de cette technique d’échantillonnage des sols sur le plan de la recherche, dans ses dimensions fondamentale et appliquée, semble pourtant éludé ou ignoré, à l’exception des contextes urbains et pléistocènes. Et le rapport de diagnostic archéologique consiste encore le plus souvent en un document de pur « métrage » éludant la portée scientifique intrinsèque des informations collectées.

Le séminaire de Caen se fixe pour objectif de contribuer à passer ce seuil.
Les questions de méthode (taux, maille, largeur de creusement …) n’y seront pas abordées. Seront au contraire examinées diverses tentatives et expérimentations ayant en commun d’utiliser le diagnostic dans le but de construire des modèles heuristiques à hautes résolutions qui visent à rendre compte de l’évolution de l’emprise humaine sur le milieu naturel, sa lente transformation et son aménagement au profit d’espaces ruraux anthropisés ou de milieux urbains. 

28 septembre 2017

29 septembre 2017

Posters