L’Inrap suscite ou soutient de nombreux projets d’expositions temporaires sur tout le territoire. Conçus en partenariat avec les musées et les centres de culture scientifique et technique, ils privilégient l’actualité de la recherche, les synthèses ou les sujets thématiques, suivant des approches variées.

Mis à jour le
08 avril 2016

Chaque année, l’Inrap prend part à une trentaine d’expositions sur le territoire national. Selon les projets - en coproduction ou en partenariat - et les sujets, l’institut mobilise l’expertise de ses chercheurs et archéologues, met à disposition ses ressources, et participe à l’élaboration des outils de transmission au public. Au-delà de la présentation des vestiges, l’objectif est de reconstruire les connaissances et de les partager, qu’il s’agisse de grands sujets de synthèse (chronologiques, géographiques), d’une thématique traitée transversalement, ou d’un focus sur l’actualité de la recherche. De fructueuses collaborations avec des institutions culturelles très diverses - d’archéologie, d’histoire, d’art, de culture scientifique - ont ainsi vu le jour depuis 2005, pointant la multiplicité de regards sous lesquels l’archéologie peut être abordée, et le rôle social qu’elle peut revêtir.

Des expositions d’envergure nationale

En tant que porteur de projet, et le plus souvent comme partenaire, l’Inrap produit des expositions au rayonnement national. Elles se caractérisent par de grands sujets de synthèse, et ont vocation à sillonner l’ensemble du territoire.
Ainsi, à l’issue de fouilles précédant les travaux liés aux lignes à grande vitesse, des expositions comme « 100 000 ans sous les rails », « Sur les rails de l’histoire » ou « C’était là ! Sous nos pieds... », ont permis de dévoiler à un très large public les découvertes mises au jour sur ces tracés.
Par ailleurs, des expositions comme « Gaulois, une expo renversante » en partenariat avec la Cité des sciences et de l’industrie, ou « Tromelin, l’île des esclaves oubliés » avec le musée d’histoire de Nantes, marquent un tournant : elles attestent le rôle essentiel de l’archéologie dans la compréhension de notre histoire.
À noter qu’une grande exposition sur le Moyen Âge, dont le commissariat scientifique est assuré par l’Inrap, sera présentée à compter d’octobre 2016 à la Cité des sciences et de l’industrie.

Des expositions liées aux enjeux territoriaux

L’Inrap s’implique dans l’accompagnement scientifique et culturel d’expositions régionales, en partenariat avec des musées et des centres de culture scientifique et technique. L’institut assure une expertise pouvant aller jusqu’au commissariat d’exposition, la mise à disposition de ressources existantes, ou la création de ressources ad hoc.
Ces expositions contribuent à mettre en avant les résultats issus des fouilles et les avancées de la recherche. Elles favorisent également la sensibilisation du public aux enjeux de la science comme outil de connaissance, et de l’archéologie comme discipline essentielle à la compréhension d’un territoire et de son histoire. Avec déjà plus de 150 expositions de ce type, l’effort de diffusion soutenu par l’Inrap auprès du grand public dessine un maillage de plus en plus serré, qui s’ajoute aux multiples ressources pédagogiques et culturelles produites par l’institut (audiovisuelles, multimédia, etc.).

Des expositions légères

L’Inrap assure la conception d’expositions « légères », sur support enroulable et transportable. Souvent conçues à l’occasion de manifestations spécifiques (« Les métiers de l’archéologie » pour les JNA, « Archéologie de la Grande Guerre » à l’occasion du Centenaire...), ou pour des publics ciblés (« Découvre l’archéologie avec Tip Taupe » pour les plus jeunes, « Les Experts de l’archéologie » pour le grand public), elles font partie intégrante de l’offre culturelle de l’Inrap et sont accessibles à ses partenaires.

Art contemporain & archéologie

Des projets faisant dialoguer l’archéologie et l’art contemporain sont régulièrement soutenus par l’Inrap. Ont ainsi vu le jour l’exceptionnelle opération du « Déterrement du Déjeuner sous l’herbe », qui interroge les notions de temps et d’œuvre d’art, ou la vidéo/installation de Raphaël Dallaporta pour l’exposition « Sur les Rails de l’histoire ».
En 2016, fruit de partenariats engagés avec des plasticiens, une exposition sur « La matérialité de l’invisible » sera présentée au 104 à Paris. Une autre, à La Maréchalerie de Versailles, présentera le travail de Marc Johnson.

De l’accompagnement muséographique à des projets dans l’espace public

L’Inrap intervient ponctuellement dans la création ou la rénovation de musées archéologiques (Marseille, Le Mans...) et de centres d’interprétation (Gergovie...).
L’institut produit enfin, de manière occasionnelle, des expositions dans l’espace public.