Le Moyen Âge témoigne de savoir-faire techniques et artistiques de grande qualité ; tant dans le domaine de l’orfèvrerie que dans l’architecture, la sculpture ou encore dans l’art des manuscrits et de la musique. Le XIIIsiècle voit apparaître l’université, qui accueillera les activités intellectuelles.

Mis à jour le
02 décembre 2016

La fusion entre les mondes germanique et romain s’illustre dans le riche travail des orfèvres du premier Moyen Âge. Fibules, plaques boucles, objets liturgiques, damasquinage montrent le savoir-faire et l’habileté des artisans mérovingiens et carolingiens.

Mais c’est dans le domaine religieux que l’on observe le mieux l’étendue des richesses artistiques : les arts roman et gothique en sont probablement les témoins les plus marquants, tant en architecture qu’en sculpture.

C’est aussi au Moyen Âge que l’art des manuscrits se développe, avec les enluminures et les miniatures exécutées en marge des textes sacrés ou liturgiques.
L’enseignement est assuré par l’Église, d’abord dans les monastères, puis dans des écoles cathédrales et collégiales. Dès le XIIIe siècle, une nouvelle institution apparaît : l’université, qui servira de cadre aux activités intellectuelles.

Période créative dans le domaine musical, le Moyen Âge donne naissance à la science de l’harmonie. La musique peut être religieuse ou profane (troubadours et trouvères).

L’art roman

Art religieux, l’art roman est contemporain de l’essor des grands monastères, de la réforme de l’Église, et de la mise en place de la société féodale vers la fin du Xe et le début du XIe siècle. On la rencontre surtout dans le milieu rural où vit l’essentiel de la population. Les églises romanes ont un plan basilical, dotées d’une nef unique ou centrale et de deux ou quatre bas-côtés. Elles sont orientées est-ouest. Leurs nefs sont couvertes d’une voûte en berceau plein cintre, et prolongées par une abside semi-circulaire recouverte d’une voûte en cul-de-four.

Des fouilles archéologiques et des études du bâti ont été menées à l’Abbaye de Cluny, la basilique Saint-Sernin à Toulouse, la cathédrale d’Autun, à l’église Saint-Laurent de Grenoble.

L’art gothique

L’art gothique succède à l’art roman à partir du XIIe siècle. D’une grande richesse artistique, il occupe essentiellement l’espace urbain. Ses attributs emblématiques sont la tour, le clocher, les fenêtres à vitraux, l’arc-boutant et la voûte d'ogive.

Art sacré, il correspond à une nouvelle esthétique qui doit manifester la gloire de Dieu au cœur des villes en plein essor. Élevé vers le ciel, l’édifice doit s’ouvrir à la lumière, pour symboliser le lien entre l’homme et Dieu. Le décor sculpté est à portée de tous, et les vitraux rendent compte des épisodes de la Bible ou de la vie quotidienne.
Cathédrales de Chartes, d’Amiens…

6-7-6 Vue générale de la fouille de la nef de l'église

Vue générale de la fouille de la nef de l'église Saint-Pierre et Saint-Paul depuis le triforium au dessus du déambulatoire, Gonesse (Val-d'Oise), 2013. 

© Denis Gliksman, Inrap