Cette fouille implantée au cœur de la cité, à proximité de l’église paroissiale, permet d’appréhender l’évolution d’un pan de la ville fortifiée du XIIIe siècle à nos jours.

Chronique de site
Dernière modification
18 avril 2017

L’Inrap réalise depuis le 17 janvier et jusqu’à fin mars 2017 une fouille archéologique préventive rue de la Chapelle à Montlhéry, dans l’Essonne, dans la cadre d'un aménagement par le groupe immobilier Icade. Menée sur prescription de l’État (Drac d’Île-de-France), cette fouille implantée en plein cœur de ville, à proximité de l’église paroissiale, offre l’opportunité d’appréhender l’évolution d’un pan de ville fortifiée du XIIIe siècle à nos jours.

Une position stratégique

La position stratégique de Montlhéry, contrôlant la voie Paris-Orléans, est à l’origine de l’émergence d’une élite seigneuriale forte qui a édifié châteaux et fortifications. La ville devient ainsi un pôle économique régional important entre les Xe et XIVe siècles, dont le rayonnement est amplifié sous contrôle royal à partir du XIVe siècle.
À Montlhéry, les nombreux échanges commerciaux ont permis d’enrichir la ville et de la développer considérablement, attirant de nombreux commerçants, artisans et autres négociants.

Vestiges d’un quartier de cœur de ville

Sur 1 750 m², les archéologues explorent un site au carrefour de l'axe Paris-Orléans (rue de la Chapelle) et de la voie reliant Corbeil à Montlhéry (rue du Docteur Ogé). Les vestiges archéologiques témoignent d'un habitat urbain dense (domestique, artisanal et commerçant) matérialisé par une succession de bâtiments, de caves et de fosses (latrines, pressoir…) illustrant la vie urbaine aux époques médiévale, moderne et contemporaine.

Un ensemble de caves

Les nombreuses caves mises au jour durant la fouille sont autant de miroirs d’une ville prospère en quête de lieux de stockage. Seules témoins d’habitats aujourd’hui disparus, elles offrent l’opportunité de restituer l’ancien paysage urbain de Montlhéry.

Cette recherche permet d’aborder la question de l’organisation des espaces urbains (zones dépotoirs, habitat, stockage, forge, vinification) ainsi que l’évolution d’une trame parcellaire aujourd’hui disparue. La fouille permet de formuler de nouvelles questions relatives à l’extension de la ville durant la guerre de Cent ans alimentant les problématiques des dynamiques sociales.

Aménagement : Icade Promotion | IDF Promotion Logement
Contrôle scientifique : service régional de l’Archéologie (Drac Centre Île-de-France)
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique : Laure Cissé, Inrap