Lors du lancement des célébrations du Mois du Patrimoine en Algérie, le ministre de la Culture algérien, M. Azeddine Mihoubi, a inauguré une exposition intitulée La fouille archéologique préventive Place des Martyrs à Alger. L’archéologie préventive, un compagnon du développement

Chronique de site
Dernière modification
15 mai 2017

Pour marquer le lancement des célébrations du Mois du Patrimoine (18 avril-18 mai 2017), placé sous le thème Le patrimoine culturel comme moyen d’impulsion du développement du territoire, le ministre de la Culture algérien, M. Azeddine Mihoubi, a inauguré une exposition de pièces et vestiges archéologiques, découverts lors de la fouille de la Place des Martyrs, à Alger, entamée en 2013 par un groupement mixte du Centre national de recherche en archéologie (CNRA, Algérie) et de l’Inrap.

Retraçant plus de 2 000 ans d’histoire, ces trésors du patrimoine algérien sont présentés au public au Palais de la Culture Moufdi-Zakaria, en attendant qu’ils soient regroupés dans les espaces de la future station-musée (Place des Martyrs) du métro d'Alger, qui doit être  inaugurée en novembre 2017.

Un partenariat exemplaire entre aménageurs et archéologues

Première intervention d’archéologie préventive, la fouille de la Place des Martyrs, située au pied de la Casbah, classée patrimoine national, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO et dotée d’un plan permanent de sauvegarde, aura démontré qu’archéologie et développement économique ne sont pas contradictoires mais peuvent, au contraire, aller de l’avant dans un esprit de collaboration conciliant préservation du patrimoine et aménagement du territoire. Archéologues et aménageurs, « tous œuvrent dans le sens du développement, les uns en assurant la mise en place d’une infrastructure indispensable à l’économie, les autres en entretenant et développant les racines patrimoniales qui font la richesse d’une culture. »

Le Mois du Patrimoine constitue une opportunité pour sauvegarder et protéger, par l’archéologie préventive, les vestiges historiques enfouis principalement dans le tissu urbain, harmonisant ainsi la culture avec les exigences du monde d’aujourd’hui.
Le Ministre a appelé à cette occasion, les secteurs économiques, notamment le tourisme, à  s'impliquer dans l’exploitation des sites du patrimoine culturel.

Trois publications ont été éditées par le CNRA à cette occasion.