Prescrite sur une surface de 6,2 hectares, la fouille livre de nombreux vestiges, de la fin du Néolithique,  vers 3000 avant notre ère, au Moyen Âge.

Chronique de site
Dernière modification
02 juin 2016

L’Inrap mène, depuis le 11 janvier 2016, une fouille préventive aux portes de Brest, sur le site de Lavallot Nord à Guipavas. Prescrite par la Drac Bretagne (service régional de l’Archéologie), elle permet la sauvegarde par l’étude des vestiges du sous-sol, préalablement à un projet d’aménagement porté par Brest Métropole Aménagement. La fouille révèle les témoignant d’une longue occupation depuis la fin du Néolithique. Mais c’est pendant l’Antiquité puis au Moyen Âge que le site révèle son histoire la plus dense.

Une longue occupation

Un diagnostic archéologique, réalisé en 2015 par l’Inrap, a permis de définir cinq secteurs de fouille répartis sur une surface de 6,2 hectares. Ils ont révélé des traces d’occupations anciennes datées de la fin du Néolithique (vers 3000 avant notre ère). Elles correspondent à un ensemble de fours, dits à pierres chauffées, utilisés pour la cuisson des aliments. Les archéologues ont aussi mis au jour des éclats de silex et des tessons de céramiques datant de cette même période. Quelques vestiges de greniers à grains et d’une maison circulaire, notamment les empreintes laissées par les poteaux de bois constituant autrefois son ossature, indiquent que le site a également été partiellement occupé à l'âge du Bronze (entre 2000 et 900 avant notre ère).

Deux fermes pendant l’Antiquité 

Mais c’est à partir de l’Antiquité, dès les premiers siècles de notre ère, que l’occupation du site devient plus dense. Deux fermes, distantes d'environ 300 m, sont reliées par un réseau de chemins et parcelles bordés de fossés. À l'intérieur de ces espaces, plusieurs plans de bâtiments (maisons et greniers) ont été repérés grâce aux empreintes laissées par les poteaux de bois.

Occupés durant toute l'Antiquité et probablement jusqu'au début du haut Moyen Âge, ces deux établissements sont ensuite abandonnés. Néanmoins, l’un d’eux sera  de nouveau occupé.

Vestiges d’un hameau du premier Moyen Âge

Entre le VIIe et le Xe siècle, une petite communauté paysanne s’installe de nouveau sur le site. C’est alors que sont construits plusieurs bâtiments d'habitation qui présentent un plan allongé original, avec une extrémité orientale se terminant en abside.  À proximité de ces bâtiments, plusieurs fosses de grandes dimensions, d’environ 50 m2, ont été  intégralement fouillées. Le sol de ces structures étant partiellement enterrés, il pourrait s’agir d’annexes pour des activités agricoles ou artisanales (grange, étable, atelier). Une forge, bien conservée, avec son enclume toujours en place a également été découverte. Ce village est un ensemble inédit pour la région, de part son envergure et le bon état de conservation des vestiges mis au jour.

Une nécropole médiévale

À la périphérie de ces établissements, une nécropole de 300 tombes a été intégralement fouillée. L'absence de squelettes, dissous par l'acidité des sols, et d’objets pour accompagner le défunt ne permet pas, à l'heure actuelle, de dater avec précision ce cimetière. Deux hypothèses se dégagent cependant : soit cette nécropole était destinée aux habitants du village médiéval découvert lors de la fouille, soit elle est liée à l’histoire du hameau de Scraign, qui existe toujours. Dans tous les cas, son utilisation remonte au Moyen Âge.

Les études, qui se poursuivront dans les centres de recherches de l’Inrap en vue de la rédaction d’un rapport final d’opération, permettront de dater et de caractériser plus précisément l’ensemble de ces vestiges.

Des vestiges de la Seconde Guerre mondiale

En 1944, la prise de l'aérodrome de Guipavas par les alliés entraîne de violents combats sur le secteur de Lavallot. Sur cette ligne de front, d'intenses tirs d'artillerie sont lancés par les alliés qui cherchent à déloger les combattants allemands retranchés dans divers trous d'hommes aménagés le long des haies bocagères. Plusieurs dizaines de ces aménagements, ainsi que de nombreux impacts d'obus, ont été découverts sur l'ensemble du site. Certains d'entre eux ont livré des minutions, des pièces d'armement et divers éléments de la vie quotidienne des soldats. Bien qu'appartenant à une histoire récente, ces vestiges sont de précieux témoins de la bataille pour la libération de Brest. 

Concédant : Brest métropole
Maitre d’ouvrage : BMa - Brest métropole aménagement
Contrôle scientifique  : Drac Bretagne
Recherches archéologiques : Inrap
Adjoint scientifique et technique  : Michel-Alain Baillieu, Inrap
Responsable scientifique : Bastien Simier, Inrap