L’homme du Mésolithique pratiquait la chasse et la pêche, mais les archéologues ont identifié peu d’indices liés à la cueillette. Le ravitaillement en matière première, comme le silex, semble avoir nécessité des trajets sur de très longues distances.

Mis à jour le
02 décembre 2016

La subsistance de l’homme mésolithique est basée sur la chasse, la pêche et la cueillette.
Dans ces forêts tempérées, les cibles favorites des archers sont le sanglier, le cerf, le chevreuil et l’aurochs, mais aussi les carnivores (ours, loup, lynx ou blaireau) ; les petits mammifères et oiseaux ne sont pas dédaignés. La mise en évidence de sites dédiés au traitement des carcasses près du lieu d’abattage, et de campements complémentaires où pouvaient être acheminées certaines découpes est délicate à établir.