Ces vingt dernières années, archéologues et historiens ont renouvelé en profondeur notre connaissance du Moyen Âge, un long millénaire marqué par de nombreux conflits mais qui se révèle dynamique et riche en innovations techniques, culturelles et sociétales.

Mis à jour le
02 décembre 2016

Au sommet de la société mérovingienne, on trouve une aristocratie où se mêlent l’ancienne classe sénatoriale gallo-romaine et la classe dirigeante d’origine germanique, face à de nombreux paysans, artisans, élites laïques et religieuses, moines et soldats…

La fin de l’époque mérovingienne est marquée par de nombreuses luttes fratricides et une forte instabilité politique, qui favorisent l’émergence d’une nouvelle dynastie : les Carolingiens. Porteuse d’un renouveau politique, économique, artistique et social, celle-ci devra cependant faire face aux incursions vikings dès le début du IXsiècle. À sa mort en 987, le dernier roi carolingien cède son trône à une nouvelle lignée, celle des Capétiens. C’est à cette époque que se développe, le système féodal aujourd’hui appelé « ordre seigneurial », issu du morcellement du pouvoir royal. Une nouvelle société se met alors en place.

Si le XIIIsiècle correspond à l’apogée de l’Occident médiéval, les XIVe et XVsiècles se caractérisent par des périodes de troubles et de crises démographiques, économiques et sociales. À la peste de 1349, s’ajoute le conflit qui oppose la France à l’Angleterre pendant plus d’un siècle (Guerre de Cent ans).

205_vignette_dsc_0039.jpg

Vestiges du château de Guingamp (Côtes-d'Armor) ou "château du duc Pierre II de Bretagne", 2005. A l'intérieur de l'enceinte carrée (XVe s.), on peut observer l'enceinte du XIe s. aujourd'hui arasée qui présente un plan polygonal irrégulier et dont les angles sont dotés de contreforts.

© Hervé Paitier, Inrap

Le début du Moyen Âge

Depuis l’époque gauloise, les populations de l’est et du nord de l’Europe migrent par vagues en direction de l’ouest. À partir du IIIsiècle (et même dès le IIsiècle), quelques-unes s’installent sur les frontières et à l’intérieur de l’Empire romain. Elles fournissent à l’armée romaine, chefs et soldats. Au cours du Ve siècle, ces migrations s’accélèrent. De nombreux peuples concluent des traités avec les Romains, à la recherche de main-d’œuvre pour l’armée et le travail de la terre, d’autres s’installent par la force (pillages etc.). Rapidement, divers royaumes barbares prennent le pouvoir en Gaule – les Francs au nord, les Burgondes à l’est, les Wisigoths dans le sud et le sud-ouest. L’archéologie montre la rapide intégration de ces populations, visibles notamment dans l’habitat et à travers les pratiques funéraires. Durant toute cette période, le christianisme se diffuse et s’implante durablement en Gaule. Vers 496, une alliance est scellée entre les Francs et l’Église romaine catholique grâce au baptême de Clovis. L' Église soutiendra ensuite leur expansion en Gaule. Vont alors se succéder des siècles où la romanité et le monde « barbares » vont fusionner. Autour de l’an 800, l’empire de Charlemagne s’étend sur toute l’Europe, mais devra bientôt faire face aux invasions scandinaves, sarrasines et hongroises.

Les croisades

Les croisades sont des expéditions militaires menées par les chrétiens contre les infidèles. Dictées par un élan religieux, elles répondent aussi à des motivations d’ordre politique et économique. La première croisade est une riposte à l’occupation de Jérusalem par les musulmans en 1095. Le pape Urbain II appelle alors tous les chrétiens à s’unir pour délivrer la ville sainte de l’emprise des Turcs. De 1096 à 1291, neuf expéditions sont menées en Terre sainte.

La société féodale et l’ordre seigneurial

Issue du morcellement du pouvoir royal vers la fin du Xsiècle, la société est fondée sur des liens entre hommes libres. Un contrat est scellé par un cérémonial entre le seigneur et son vassal. En échange de sa fidélité absolue, le seigneur accorde à son vassal un fief - le plus souvent une terre pour assurer sa subsistance ainsi qu'une protection en toutes circonstances. En retour, le vassal doit à son seigneur une aide militaire, consistant à défendre le château, les intérêts et les possessions de celui-ci, ainsi qu’une aide financière.

La fin du Moyen Âge

Si le XIIIe siècle marque l’apogée de l’Occident médiéval, les XIVe et XVe siècles sont caractérisés par de multiples crises démographiques, économiques, sociales et climatiques (début du « petit âge glaciaire » avec une importante dégradation du climat qui durera jusqu’en 1850). Les conditions de vie se détériorent. La peste est interprétée comme un châtiment du Ciel. Dans les campagnes, on assiste à l’abandon puis à la réorganisation de certains terroirs.