En France, la période néolithique, qui correspond aux premières sociétés de paysans, est comprise entre 6000 et 2200 avant notre ère. Mais c’est dans le Croissant Fertile vers 12000 avant notre ère, que l’Homme commence à construire des maisons puis, petit à petit, à domestiquer des espèces végétales (blé, orge) et animales (mouton, chèvre).

Mis à jour le
07 juin 2016

D’autres avancées majeures précèdent, accompagnent ou suivent ces étapes fondamentales vers la maîtrise des moyens de subsistance : l’abandon du mode de vie nomade, l’utilisation de la céramique pour fabriquer des poteries et le polissage de certains outils en pierre tels que les haches.

À partir de 8000 avant notre ère, ce nouveau mode de vie gagne tout le Moyen-Orient, puis l’Europe, car cette mutation économique se double d’une poussée démographique sans précédent. Il faut donc trouver de nouveaux territoires où s’installer. Pour parvenir jusqu’en Europe de l’Ouest, les colons néolithiques empruntent deux circuits distincts : l’un suit les rives de la Méditerranée, jusqu’aux côtes provençales qui seront occupées vers 5800 avant notre ère ; l’autre suit la voie du Danube, d’où le terme de « Néolithique danubien », jusqu’aux rives du Rhin, qui seront néolithisées vers 5400 avant notre ère. Le Néolithique ancien méditerranéen est quant à lui dénommé « Cardial », car les vases en céramique sont souvent décorés d’impressions à l’aide d’un coquillage, le cardium.

Cairn

Cairn du IVe millénaire avant notre ère, à Langon, en Ile-et-Vilaine.