Dans le cadre de l'aménagement, sur le secteur des Gravilliers, d'un Parc d'activités économiques par la communauté de communes du Grand Pontarlier, l'Inrap réalise, depuis le mois d'août 2015, une fouille préventive sur prescription de l'État (Drac Franche-Comté). Elle a permis de fouiller un vaste habitat rural du premier Moyen Âge et des traces d'occupation du Mésolithique. 

Chronique de site
Dernière modification
10 mai 2016

Le diagnostic réalisé en 2011 avait révélé un site du premier Moyen Âge (Ve-XIe siècles), entièrement conservé, et une occupation mésolithique (9600 à 5500 ans avant notre ère), plus substantielle, qui livre les plus anciens indices d'occupation humaine connus à Pontarlier. La portée scientifique du site des Gravilliers est considérable pour la compréhension de la dynamique de l'habitat rural médiéval et devrait constituer une référence pour l'Est de la Gaule.

Les premiers résultats de la fouille seront précisés lors de la phase d'étude et enrichis par les recherches archéologiques qui pourraient être menées en amont des prochains aménagements.

Un vaste habitat rural du Premier Moyen Âge

Ce site médiéval exceptionnel est un élément clé dans la genèse de l'histoire pontissalienne. Les premiers éléments de datation indiquent une fondation du village au cours de l'époque mérovingienne (Ve-VIIIe siècle) et une occupation qui aurait pu perdurer au-delà. Un ou plusieurs habitats successifs se déploient sur environ 8 hectares. Les vestiges mis au jour sont principalement des traces (négatifs) de trous de poteau, témoins d'anciens édifices domestiques et agricoles, mais aussi de fosses et de fonds de cabane, pouvant être des annexes de l'habitat ou des structures de stockage. Des zones rubéfiées indiquent des activités artisanales tandis que la présence d'un fossé pourrait dénoter une vraie structuration de l'espace. L'objectif principal de la fouille sera de caractériser ces différents espaces et de préciser la nature et la fonction d'une partie des bâtiments. Toutefois, les emprises linéaires fouillées cette année ne permettront pas une lecture globale du site. Il faudra attendre l'exploration de la totalité du terrain pour comprendre le développement et l'organisation de cet habitat, de sa fondation à son abandon.

Sur les traces des chasseurs-cueilleurs du Mésolithique

Durant le Mésolithique, des populations nomades, derniers représentants des chasseurs-cueilleurs d'Europe de l'Ouest, ont occupé le secteur des Gravilliers.
Suite à la dernière glaciation, les conditions climatiques tempérées favorisent le développement du couvert forestier sur le massif du Jura. Le noisetier remplace progressivement le pin et le bouleau, avant l'installation de la chênaie mixte. La faune forestière (cerf, aurochs, sanglier, chevreuil, ...) y règne en maître, accompagnée par les espèces carnivores (loup, lynx, ours brun, ...). L'homme s'adapte à ces espaces et adopte l'arc comme arme de chasse.
À Pontarlier, le mobilier archéologique de cette période est constitué de matériel en silex (outillage et déchets de taille) abandonné par les mésolithiques. Parmi ces restes, les armatures microlithiques (lamelles retouchées de petite dimension et de forme géométrique fixées sur les hampes de flèches en pointe et en barbelure) sont caractéristiques du premier Mésolithique et datent l'occupation entre 9600 et 8000 avant notre ère. Les tailleurs ont exploité les matières premières locales et notamment le silex qui affleure dans le secteur d'Arçon, situé à 6 km au nord de Pontarlier.
Aménagement : Communauté de communes du Grand Pontarlier
Contrôle scientifique : Service régional de l'Archéologie (Drac Franche-Comté)
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique (Moyen Âge) : Pierre Dabek, Inrap
Responsable de secteur (Préhistoire) : Jean-Baptiste Lajoux, Inrap
Contact(s) :

Stéphanie Hollocou
chargée de développement culturel et de communication
Inrap, direction interrégionale Grand Est sud
06 72 56 28 51
stephanie.hollocou [at] inrap.fr