Du XVIsiècle au milieu du XVIIsiècle, la vie politique est encore marquée par les actions des grandes familles seigneuriales qui forment l’entourage royal. Celles-ci contestent autant qu’elles soutiennent le pouvoir monarchique. Ce n’est qu’à partir du milieu du XVIIsiècle, sous Louis XIV, que la royauté réussit à imposer sa volonté à un pays encore empreint de ses différences.

Mis à jour le
23 février 2016

Si les institutions politiques restent dans la continuité du Moyen Âge, la Renaissance marque un renouveau artistique et culturel, qui s’exprime par de grandes campagnes de constructions royales et princières en forme de déclarations politiques. L’étude archéologique des monuments prestigieux et de simples ensembles urbains ou ruraux nous renseigne sur ces réalisations, mais aussi sur la façon dont la population tente de les imiter, en adaptant certaines constructions médiévales au goût du jour.

Malgré l’affaiblissement du pouvoir royal pendant les guerres de religion et la contestation ouverte de la Fronde, les anciennes relations entre suzerains et vassaux font place à un pouvoir souverain qui exerce une autorité directe. La Cour, si elle continue à se déplacer, s’ancre progressivement, d’abord en Val de Loire, puis à Paris, et enfin à Versailles.

L’archéologie permet de suivre cette évolution à travers l’analyse des nouveaux quartiers urbains créés pour répondre à ces reconfigurations. Si la destruction des anciennes fortifications médiévales signe la mise au pas des grands seigneurs féodaux, l’apparition, au cours du XVIIe siècle, de nombreux « châteaux » avec jardins, illustre la richesse des nouvelles élites dévouées à la monarchie absolue. Cependant, le maintien de cette classe privilégiée repose toujours sur le travail et les impôts fournis par le reste de la population.

http://www.inrap.fr/sites/inrap.fr/files/styles/article/public/thumbnail...

Sol du jeu de paume construit vers 1630 par Louis XIII. Fouille de la cour du Grand Commun du château de Versailles (Yvelines), 2007.

Ce jeu de courte paume a fait l'objet d'un programme de construction très élaboré par l'architecte Philibert Le Roy. Il se compose d'un jeu et d'un pavillon d'habitation pour le maître paumier redécouverts lors de cette fouille.

© Denis Gliksman, Inrap