Colloque international organisé par l'Inrap et la Cité des sciences et de l'industrie , sous la direction scientifique de Patrick Pion, Inrap et de Nathan Schlanger, École nationale des chartes les 28 et 29 novembre 2017 à l'auditorium de la Cité des sciences et de l’industrie.

Dernière modification
18 octobre 2017

Les inscriptions sont ouvertes.


« Société de l’information », « économie de la connaissance », « formation tout au long de la vie » … Autant d’expressions qui montrent combien les connaissances et les modalités de leur accès sont devenues un défi central pour les sociétés du XXIsiècle.

 archéologie des apprentissages

Informations pratiques

Les 28 novembre et 29 novembre 2017

Cité des sciences et de l’industrie - Auditorium
30 Avenue Corentin Cariou - 75019 Paris

Programme

Déficient auditif

Colloque traduit en langue des signes française
Traduction simultanée français-anglais


Fortement connecté aux enjeux contemporains de notre société, les enjeux de la transmission et de l'apprentissage des savoirs et des savoir-faire ont toujours été constitutives des sociétés humaines. Que ce soit par observation et assimilation, ou bien dans un cadre structuré tels l'école ou l'atelier, la façon dont une culture gère l’apprentissage implique toujours une imbrication de facteurs liées aux conditions sociales de partage et de reproduction et des dispositifs matériels dédiés. Des primates utilisant des outils aux métallurgistes médiévaux, en passant par les scribes mésopotamiens, la transmission soulève les questions de la continuité et de la perpétuation de l'acquis d’une part, et de la diversité, des pratiques qui peut générer de la nouveauté d’autre part.

Associant archéologues, anthropologues, historiens, éthologues, et spécialistes de la cognition, ce colloque cherche à dépasser une vision linéaire de l’histoire de la transmission, qui aboutirait à la pédagogie de l’école républicaine ou au tout numérique. Dans une perspective comparatiste, ce colloque explore la diversité des contenus et des formes de transmission des savoirs sur le temps long. L’essentiel des trois millions d’années de l’histoire de l’humanité se déroulant hors de l’écriture, il était donc évident d'aborder ces questions par le biais de l’archéologie et de chercher à comprendre, avec elle, comment les sociétés transmettent leurs savoirs et d’aborder les enjeux sociaux corrélés.

Mardi 28 novembre 2017

09h30 : Inauguration

Bruno Maquart, président d’Universcience et Dominique Garcia, président de l’Inrap

10h00​ : Introduction

Patrick Pion, Inrap et Nathan Schlanger ÉNC, directeurs scientifiques

10h10 : Conférences inaugurales 

"Au fil de la lame. Savoir-faire et savoir transmettre dans le miroir de l’archéologie" par Anne Lehoerff, université de Lille 3
"​Origine du langage et paléocognition" par Jean-Louis Dessalles, Telecom ParisTech, université Paris-Saclay

11h00 : Pause

11h30-12h30 et 14h00-15h00

I - Du primate à l’humain, et réciproquement

« Les humains sont une espèce unique… comme toutes les autres ». Entre l'éthologie, les sciences cognitives, la psychologie expérimentale, la technologie, voire l'anthropologie fondamentale et la philosophie se sont développés, ces 20 dernières années, des approches nouvelles et des méthodologies qui éclairent les modes de transmission et les contextes d'apprentissages des humains et des autres primates, du paléolithique à nos jours.

Président de session : Frédéric Joulian, EHESS (École des hautes études en sciences sociales)

Avec :
"La distinction entre l’inné et l’acquis a-t-elle encore un sens ?", par Gaëlle Pontaroti, université Paris 7
Savoirs et transmission chez les non-humains : petit état de l’art" , par Frédéric Joulian, EHESS 
"L'apprentissage de l'utilisation d'outils : le cas de la taille de la pierre" par Blandine Bril, EHESS 
"Cognition, langue et sociabilité : la fondation des cultures matérielles humaines ", par Kathleen R. Gibson, université du Texas

15h00-16h30 et 17h00-18h00

II - Partagés, réservés : la distribution sociale des savoirs

L'accès aux savoirs repose sur des dynamiques de transmission et d'acquisition inscrites dans un contexte social, matériel et historique propre à chaque culture (ou société, à choisir). Chacun des dispositifs mis en place, que ce soit les corporations médiévales, l’enseignement colonial ou l’école républicaine, contribuent autant à la perpétuation de la société qu'à sa transformation.

Président de session : Boris Valentin, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Avec :
"Traditions et apprentissages au Paléolithique, l’apport de la technologie lithique", par Maria-iluminada Ortega-Cordellat, Inrap
"Les savoirs des travailleurs des grosses forges à fer (fin du Moyen Âge, Époque moderne)", par Danielle Arribet-Deroin, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
"Branle-bas de combat ! Apprentissage et préparation de la guerre de siège par Louis XIV" , par Séverine Hurard, Inrap
"​École, éducation et transmission des savoirs dans l’Algérie coloniale" par Aissa Kadri, université Paris 8
"Pour une archéologie de l’école républicaine : méthodologie et perspectives", par Gilles Bellan, Inrap

Mercredi 29 novembre 2017

9h30 : Conférence inaugurale

"L’économie sociale de la circulation des savoirs : perspectives anthropologiques" par Christian Jacob, EHESS

10h00-11h00 et 11h30-13h00

III - L'oral, l'écrit, l'image : diversité ou complémentarité des supports ?

Avec leurs innombrables variations au fil du temps et à travers l'espace, les supports de transmission des savoirs maintiennent une constante ; ils ne sont jamais neutres, ni transparents. Qu'ils soient rugueux comme les bois de cerfs à graver, lisses comme les tablettes de glaise, qu'ils soient inscrits, transcrits ou récités, les supports de la fixation et de l'expression des savoirs sont souvent des sources d'information tout aussi importantes et parfois plus accessibles, que leurs contenus.

Présidente de session : Charlotte Bigg, CNRS

Avec :
"Sur les traces de l’apprentissage artistique au Paléolithique", par Olivia Rivero, université de Salamanque
"​L’écriture cunéiforme au Proche-Orient antique : enseignement, apprentissage et acteurs", par Cécile Michel, CNRS
"​L’apprentissage de l’écriture en Gaule méditerranéenne protohistorique", par Michel Bats, CNRS
​"Tlilli, tlapalli « le noir et le rouge », l’écriture pictographique nahuatl, avant et après la Conquête", par Patrick Johansson Keraudren, université de Mexico
"La transmission orale chez les Baka du Cameroun", par Jean-Pierre Nguede Ngono, EHESS

14h30-16h00 et 16h30-17h30

IV - Apprendre et innover : stabilité et mutations des savoirs et savoir-faire

L’apprentissage se fait toujours selon un modèle contribuant à sa reproduction. Cette transmission au cours des générations constitue des traditions. Toutefois, celles-ci n’ont de cesse d’évoluer et de muter. Se pose ainsi la question suivante : à partir de quand une tradition devient une innovation et comment ? On interrogera les frontières entre tradition, créativité, invention et innovation.

Présidente de session :  Valentine Roux, CNRS

Avec :
"Évolution de l'enseignement intentionnel", par Anders Högberg , université de Linnée, Kalmar 
"Créativité, apprentissage et « les arts de faire » ; une petite archéologie de l'âge du Bronze quotidienne",  par Joanna Sofaer, université de Southampton
"Le verre antique et médiéval, des gestes à retrouver", par Françoise Labaune, Inrap
"​Les modèles d'apprentissage de l'écriture, de la Renaissance aux Lumières", par Marc Smith, ÉNC

17h30 : Conférence conclusive

"Après l’archéologie, apprendre au XXIe siècle" par François Taddei, ‎CRI (Centre de recherche interdisciplinaire), Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale)