Émissions de radio
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
24 juin 2019
Collection
Carbone 14

Pour découvrir l’archéologie d’aujourd’hui, ses sciences connexes, mais aussi approcher et décrypter ce que la discipline recouvre de concepts, de modèles, Carbone 14, le magazine de l'archéologie, retrace les avancées de la recherche française et internationale et parcourt terrains, chantiers et laboratoires. Une émission à écouter chaque dimanche, de 20 h 30 à 21 h sur France Culture et à réécouter sur Inrap.fr.

Avec Miguel Biard, chargé de recherche à l’Inrap et directeur de fouilles préventives. Spécialiste de technologie lithique et Valérie Feruglio Pariétaliste au laboratoire PACEA du CNRS - Université de Bordeaux

Carbone 14, le magazine de l'archéologie, France Culture, le dimanche de 20 h 30 à 21 h 
Par Vincent Charpentier
Émission du 23 juin 2019


Qui n’a pas en mémoire, la fameuse pierre de Ptolémée V, « Rosette » exhumée en 1799, et trônant au British Museum… On connaît surtout le « Caillou Michaux », découvert dans les environs de Bagdad, 13 ans plus tôt, premier texte cunéiforme arrivé en Europe, et toujours exposé au Musée du Louvre.

Face A de la pierre d'Angoulême accompagnée de dessins

Face A de la pierre d'Angoulême accompagnée de dessins

Denis Gliksman, Inrap / dessins : Valérie Feruglio

Aujourd’hui, toute angulaire, la « pierre d’Angoulême » émerge d’un passé encore plus lointain…  Qui aurait pu soupçonner que sous une fabrique de faïence, les berges de la Charente conservaient, secrètement, un message issu des abysses du temps…

Et pourtant, cette découverte est sans nul doute la grande trouvaille de l’année 2019, vieille de plus de quatorze mille ans, qui suscite émerveillement mais aussi nombre de questions.

Un message issu des abysses du temps

La plaquette présente des gravures sur ses deux faces et associe motifs géométriques et figuratifs. La gravure la plus visible, celle d’un cheval acéphale tourné vers la droite, occupe la moitié de la surface. La croupe et l’ensellure suivent les courbes du bord naturel de la pierre. De très fines incisions suggèrent peut-être le pelage. Les quatre jambes sont figurées. Deux autres animaux, plus petits, sont aussi plus légèrement incisés : un probable cervidé acéphale et un cheval quasi complet mais représenté dans un style plus schématique. Sur l’autre face, les traits incisés sont particulièrement fins, laissant deviner la moitié postérieure d’un cheval.

Le dernier représentant de l’art figuratif paléolithique

Que fait cet art figuratif dans l’art azilien, considéré comme ayant marqué une rupture : l’abandon du figuratif au profit de l’abstraction ? Ce galet met désormais en évidence  la continuité de cette expression artistique figurative naturaliste issue du paléolithique et cela juste avant l’apparition de nouveaux codes graphiques imposés par une nouvelle culture.

Pour aller plus loin

Année :
2019
Durée :
29 minutes
Production :
France culture
Partenaire(s)
Logo Le salon noir