Conférences
3
Score : 3 (1 vote)
Mis à jour le
26 novembre 2019
Colloque
Les archéologues reviennent sur la scène du crime

Le Colloque annuel de l'Inrap intitulé « Archéologie et enquêtes judiciaires » se tiendra au Tribunal de Paris le 22 et 23 novembre.

Voir le programme complet

Colloque annuel international intitulé « Archéologie et enquêtes judiciaires »  par Laurent Martrille, chef de service de médecine légale au CHU Nancy et Arnaud Lefebvre, Inrap

Le médecin légiste est régulièrement sollicité pour autopsier des corps décomposés ou réduit à l'état de squelette. Traditionnellement en France, le médecin légiste réalise alors l'expertise et répond aux questions du procureur ou du juge en l'état. 

Cependant, tous les médecins légistes ne sont pas formés à l’anthropologie médico-légale, et si tous les médecins sont initialement formés à l'ostéologie, ils n’en n'ont pas une pratique régulière et peuvent se trouver en difficulté quand il faut identifier, notamment des fragments osseux, humains ou non humains, parfois carbonisés.

Dans ce contexte, l'aide d'un anthropologue de terrain peut s'avérer très utile non seulement pour identifier les fragments osseux, mais également pour estimer le profil biologique (âge, sexe, stature).

Par ailleurs, l’expertise médicolégale commence sur le terrain et, là encore, l'aide d'un anthropologue peut s'avérer pertinente lors de « levée de squelette ». Les techniques utilisées en archéologie et en anthropologie (utilisation d'engins de chantier, exhumation de squelette) peuvent nécessiter des compétences tout à fait spécifiques.

Nous illustrerons cette collaboration médecin légiste anthropologue au centre pivot de Nancy (institut médicolégal couvrant le territoire Lorrain) permettant de répondre aux questions des magistrats lors de la découverte de restes osseux, en partant de la scène de découverte du corps en passant par la salle d'autopsie jusqu'au laboratoire d'anthropologie.

Dans les situations évoquées ci-dessus, une telle collaboration nous semble tout à fait indispensable.

Arnaud Lefebvre, Inrap / UMR 7268 ADES​, Débutant comme archéologue à l’Afan en 1993, il se spécialise en archéo-anthropologie au début des années 2000 en obtenant un master d’anthropologie biologique à l’université de Bordeaux. Travaillant à la fois comme spécialiste et comme responsable d’opération, il participe aussi à l’enseignement de l’anthropologie de terrain dans un master de l’université de Médecine de Lorraine. Confronté à son premier cas médico-légal en 2012, il obtient un diplôme universitaire en criminalistique à l’université de Paris-Descartes en 2013. Depuis janvier 2018, il est expert près de la cour d’appel de Metz.

Laurent Martrille est médecin légiste, chef du service de médecine légale de Nancy, maitre de conférences en médecine légale et expertise médicale à la faculté de médecine de Nancy, expert près la cour d’appel de Nancy et près le tribunal pénal international. Il est également membre de l’UGIVC (Unité Gendarmerie Indentification Victimes de Catastrophes). Il dirige par ailleurs le Master 2 (MEDCRIM).

Bibliographie

  • Pekka Saukko, Bernard Knight. Knight's Forensic Pathology. Fourth Edition, CRC Press, 2015
  •  Ubelaker DK. Human skeletal remains, excavation, analysis, interpretation, third edition. Washington : Taraxacum, 2008
  •  D. Dirkmaat. Companion in Forensic Anthropology. Wiley-Blackwell, Malden, MA, 2012
  •  Martrille L, Symes SA. Interpretation of long bones ballistic trauma. Forensic Sci Int. 2019
Année :
2019
Durée :
00:27:53
Année :
2019
Partenaire(s)
Ministère de la Justice
Archéologia
Télérama
AJ Penal
Les Cahiers Science et Vie