Débitage de supports d’outils de type montmorencien à partir de blocs de grès-quartzite par Guy Boulay

Fabrication et fonction des outils de type montmorencien

Publications subventionnées par MC
Axe de recherche :
Paléolithique et Mésolithique
Responsable(s) :
Sylvain Griselin (Inrap Grand-Est)
Année(s) :
2018
Chronique de site
Mis à jour le
08 juin 2018

L’objectif de ce projet est de publier une thèse de doctorat, soutenue en décembre 2015 à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et intitulée « Fabrication et fonction des outils de type montmorencien. Nouveau regard à partir des découvertes récentes sur les habitats mésolithiques ».

Les industries macrolithiques en grès, appelées montmorenciennes, ont depuis les premières découvertes à fin du XIXe siècle interpellé les chercheurs. Les problématiques liées à leur utilisation et à leur attribution chronoculturelle sont toujours d'actualité, notamment suite à la découverte d’outils, nommés outils de type montmorencien, au sein de certains habitats mésolithiques. Ces outils correspondent à des pièces oblongues en grès-quartzite d’une dizaine de centimètre de longueur qui conservent une face brute dépourvue de retouches.

C'est pour définir leur place au sein de la culture matérielle du Mésolithique que nous avons repris l'étude de ces outils trouvés en contexte d’habitat. Leur répartition géographique caractérise un « phénomène technique » d’ampleur régionale, voire suprarégionale au cours du premier Mésolithique. Les analyses montrent qu'il s'agit d'outils typés, employés sur une matière minérale dure et des tests expérimentaux nous orientent vers une utilisation comme retouchoirs pour la fracturation des lamelles par la technique du microburin.

On trouve des pièces similaires, morphologiquement et technologiquement, mais inachevées sur des sites « producteurs », c'est-à-dire principalement sur les sites montmorenciens et sur quelques habitats, alors que les modalités liées à leur diffusion à travers les territoires restent à définir. L'auteur a aussi pu mettre en évidence sur certains sites montmorenciens des productions de haches, l'amenant à reconsidérer le Montmorencien qui ne désigne plus selon lui un faciès chronologique spécifique, en raison d’un mélange de productions tant mésolithiques que néolithiques.

Thèse Griselin cover

Référence de la thèse

GRISELIN (Sylvain). — Fabrication et fonction des outils de type montmorencien. Nouveau regard à partir des découvertes récentes sur les habitats mésolithiques : thèse de doctorat en Archéologie, spécialité "Préhistoire, ethnologie, anthropologie". Paris : Université Paris 1, soutenue le 01/12/2015. 318 p.

Travail réalisé sous la direction de Boris Valentin, au sein du laboratoire CNRS "Archéologie et Sciences de l'Antiquité" (ARSCAN).

Contact(s)

Sylvain Griselin
Inrap Grand-Est
sylvain.griselin [at] inrap.fr