Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
04 décembre 2018
Colloque
Être humain ? Archéologie des origines

Colloque international, les vendredi 9 et samedi 10 novembre 2018, au Muséum de Toulouse. 

Colloque international : "Être humain ? Archéologie des origines" par Israel Hershkovitz, université de Tel Aviv, Israël

L’heure, le lieu et les voies de migration des premiers hommes modernes hors d’Afrique font toujours l’objet de débats controversés parmi les biologistes de l’évolution. Les études anthropologiques, archéologiques, climatologiques et génétiques présentent des hypothèses parfois contradictoires de l’un des événements les plus importants de l’histoire de l’humanité, l’émergence de notre propre espèce et sa dispersion à travers le monde.

Carrefour important des migrations de populations humaines entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe, le sud du Levant a attiré beaucoup d’attention dans ses efforts pour suivre les phases ultérieures de l’évolution humaine. L’homme moderne est apparu pour la première fois en Afrique il y a environ 300 000 ans (Jebel Irhoud) et est arrivé dans le sud du Levant vers 90-115 000 millier d’années, sur la base des homininés trouvées dans les sites de Skhul et Qafzeh, et probablement de Daoxian (Chine). De plus, les Néandertaliens sont présents dans le Levant il y a entre 55 et 75 000 d’années sur les sites d'Amud, Kebara et Ein Qashish, ayant probablement migré d'Europe vers la région.

Le Levant a longtemps été présenté comme une région d'occupation du Neandertal en alternance avec les occupations humaines modernes du Pléistocène supérieur. La découverte d’un crâne de H. sapiens dans la grotte de Manot (il y a environ 55 000 ans), ainsi que des preuves génétiques suggérant une présence antérieure de Néandertaliens dans le Levant (il y a 80 000 ans), indiquent que la période d’occupation de la région a pu se chevaucher entre ces deux groupes d'homininés plus que prévu.

La présente étude décrit de nouveaux fossiles d'homininés découverts en Israël susceptibles d'ajouter des données importantes sur l'origine des populations humaines modernes, ainsi que sur le moment et les voies de dispersion du Levant vers l'Eurasie

Israël Hershkovitz est professeur au département d’anatomie et d’anthropologie de la faculté de médecine Sackler et à la tête du Centre Dan David pour la recherche sur l’évolution humaine et la biohistoire à l’Université de Tel Aviv. Ses recherches portent sur l'évolution des populations humaines modernes, la base évolutive des maladies et l'interaction génétique-culture. Il a été engagé dans de nombreuses fouilles en Israël, de la préhistoire à nos jours.


Bibliographie

  • Hershkovitz, I., Weber, G. W., Quam, R., Duval, M., Grün, R., Kinsley, L., Ayalon, A., Bar-Matthews, M., Valladas, H., …& Weinstein-Evron, M. (2018). The earliest modern humans outside Africa. Science, 359(6374), 456-459.
  • Hershkovitz, I., Latimer, B., Barzilai, O., & Marder, O. (2017). Manot 1 calvaria and recent modern human evolution: an anthropological perspective. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 1-12.
  • Hershkovitz, I., Weber, G. W., Fornai, C., Gopher, A., Barkai, R., Slon, V., Quam, R., Gabet, Y., & Sarig, R. (2016). New Middle Pleistocene dental remains from Qesem Cave (Israel). Quaternary International, 398, 148-158.
  • Hershkovitz, I., Marder, O., Ayalon, A., Bar-Matthews, M., Yasur, G., Boaretto, E., Caracuta, V., … & Barzilai, O. (2015). Levantine cranium from Manot Cave (Israel) foreshadows the first European modern humans. Nature, 520(7546), 216-219.
Année :
2018
Durée :
34:54
Partenaire
Logo Toulouse Métropole
Logo Museum Q
Logo Préfecture Occitannie
Logo Ambassade de France
Logo Sciences Humaine
Logo RFI
Logo Archeologia
Logo AMIS
Logo HON
Logo Ifas