Les fouilles archéologiques à Aranbaltza, site localisé dans la commune de Barrika (Pays basque espagnol), ont révélé plusieurs niveaux d’occupations de Néandertal et de l’outillage en bois.

Dernière modification
29 mars 2018

En 2015 la fouille, dirigée par Joseba Rios-Garaizar, archéologue du Centre de recherche national espagnol sur l’Évolution Humaine (CENIEH) et par Iluminada Ortega Cordellat, archéologue à l’Inrap, révélait la présence de niveaux de sédiments humides, qui ont permis la préservation de restes de végétaux dans un extraordinaire état de conservation. L’ensemble comprend deux outils en bois dont un bâton à fouir de 15 cm de long qui fait l’objet d’une publication dans la revue PLOS ONE.

L'étude du vestige

L’étude détaillée de ce vestige et de son contexte archéologique a révélé une datation d’environ 90 000 ans, ce qui permet de l’attribuer à Néandertal. La micro tomographie et l’analyse de la surface, révèlent qu’une branche d’if a été coupée longitudinalement et appointée par grattage avec un outil lithique puis traitée par le feu pour la durcir ou pour faciliter son travail. Par la suite, l’outil a été utilisé pour creuser la terre à la recherche d’aliments, des roches, ou pour creuser de petites fosses.

La conservation d'outils en bois

La conservation d’outils en bois antérieurs à 40 000 ans en Europe est très exceptionnelle puisque les matériaux organiques se dégradent très facilement. Ainsi, seuls des contextes très spéciaux comme les sédiments inondés d’Aranbaltza, rendent possible une telle découverte. Jusqu’alors cinq sites européens seulement ont livré des objets en bois : Abric Romaní (Espagne), Clacton on Sea (Angleterre), Schöningen (Allemagne), Lehringen (Allemagne) et Poggetti Vechi (Italie). Ces découvertes permettent de mieux connaître la technologie et la fonction d’un outillage peu commun dans le registre archéologique alors qu’il a dû être utilisé de manière régulière par les groupes humains du Paléolithique Moyen.

Le projet archéologique d'Aranbaltza

Le projet archéologique d’Aranbaltza a été initié en 2013 pour enquêter sur les formes de vie des derniers Néandertaliens, auteurs de la culture Châtelperronienne en Europe occidentale. Les fouilles, toujours en cours, ont révélé plusieurs occupations de groupes de Néandertaliens entre 100 000 et 44 000 ans.

Le projet archéologique d’Aranbaltza est coordonné par le CENIEH et l’Inrap, il est financé par le Service de Patrimoine de la Diputación Local de Bizkaia (2013-2017) et par le Gouvernement Basque (2014-2015). Des chercheurs du CENIEH, de l’Université Autonome de Barcelone, de l’Université de Burgos, de l’Inrap, de l’Université du Pays Basque et l’Université des Cantabres ont participé aux études sur l’outillage en bois.


Références de l’article

Joseba Rios-Garaizar, Oriol López-Bultó, Eneko Iriarte, Carlos Pérez-Garrido, Raquel Piqué, Arantxa Aranburu, María José Iriarte-Chiapusso, Illuminada Ortega-Cordellat, Laurence Bourguignon, Diego Garate, Iñaki Libano (2018), A Middle Palaeolithic wooden digging stick from Aranbaltza III, Spain. PLOS ONE. DOI: 10.1371/journal.pone.0195044