Conférences
Aucun vote pour le moment
Mis à jour le
04 mars 2016
Colloque
L’avenir du passé – Modernité de l’archéologie

Colloque international organisé par le Centre Pompidou et l'Institut national de recherches archéologiques préventives en partenariat avec France Culture, les 23 et 24 novembre 2006

par Pascal Picq, Collège de France

 
La co évolution décrit les influences réciproques entre l' évolution biologique et l'évolution culturelle. Il est encor e assez rare de lire des travaux qui tentent d'associer les deux. C'est encore plus rare pour l' évolution des capacités cognitives. Du côté de la paléoanthropologie, on suit les changements de l'anatomie et de la taille du corps et du crâne. Du côté de l'archéologie préhistorique, les chercheur s dégagent des modalités de fabrication des outils, de collecte de ressources et d'occupation des territoires nécessairement associées à de nouvel -les organisations sociales et à des capacités cognitives plus complexes. En prenant l'exemple des origines et de l'évolution du langage, on arrive à mettre en évidence l'existence de capacités cognitives qui se retrouvent dans les chaînes opératoires et dans le langage.
Plus largement, on attribue les innovations technologiques à des problèmes qu'auraient eu à résoudre nos divers ancêtres alors qu'il n'en est rien, que ce soit pour l'évolution bio-logique comme pour l'évolution culturelle. L'Homme appartient à une lignée dans laquelle les capacités cognitives et les représentations interviennent de façon de plus en plus prégnante, pour le meilleur comme pour le pire. En effet, l'archéologie est appelée à jouer un rôle plus déterminant dans l'avenir en nous aidant à comprendre comment les sociétés ancestrales ont évolué et d'autres disparu. Des travaux de Jacques Cauvin sur l'émergence du Néolithique à ceux de Jarred Diamond sur les périodes historiques et actuelles, on appréhende toute l'importance de l'archéologie envisagée dans cette dimension.
Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France, où il a collaboré avec Yves Coppens, Pascal Picq s'intéresse à l'évolution du crâne des hominidés. Ses recherches s'appuient sur des études expérimentales qui s'inscrivent dans le cadre de la morphologie évolutionniste. Cela conduit, entre autres, à reconstituer la signification fonctionnelle et adaptative du crâne des hominidés en rapport avec les facteurs de sélection naturelle et de sélection sexuelle. C'est au travers de cette approche que Pascal Picq a introduit l'éthologie des singes et des grands singes dans le champ des travaux sur les origines de la lignée humaine. Pascal Picq contribue à la diffusion des connaissances en paléoanthropologie à travers la publication d'une vingtaine de livres, dont plusieurs pour les jeunes, et à la participation comme à la coréalisation d'expositions, de films et de cédéroms. Il est conseiller scientifique auprès de grands musées - Cité des Sciences, Palais de la Découverte, Musée des Confluences... - et auprès de l'Éducation nationale pour les programmes et leur enseigne-ment. Membre du conseil scientifique de Comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot, il participe à diverses actions pour la préservation des grands singes et de la diversité des cultures humaines.
 
Il a publié récemment:
- Les Origines du Langage. Les Origines des Cultures, avec Jean Louis Dessalles et Bernard Victorri, Le Pommier, 2006;
- Nouvelle Histoire de l'Homme. Perrin, 2005;
- Les Grands Singes : l'Humanité au Fond des Yeux, avec Dominique Lestel, Vinciane Despret et Chris Herzfled, Odile Jacob, 2005 ;
- Les Premiers Outils. Les origines des cultures, avec Hélène Roche, Le Pommier, 2004.
- Les Tigres, avec François Savigny, Odile Jacob, 2004 ;
- Au commencement était l'homme, Odile Jacob, 2003;
- Qu'est-ce que l'humain ? avec Michel Serres et Jean-Didier Vincent, Le Pommier, 2003;
- À la recherche de l'homme, avec Laurent Lemire, Nil, 2002;
- Le singe est-il le frère de l'homme? Le Pommier, 2002;
 - Aux Origines de l'humanité, avec Yves Coppens, Fayard, 2001.
 
Année :
2009