Malgré une crise sanitaire qui a impacté l’ensemble des acteurs culturels et économiques, l’Inrap a pleinement assumé la totalité de ses missions patrimoniales, scientifiques et culturelles.

Dernière modification
08 janvier 2021

Grâce à un protocole sanitaire rigoureux, l’Inrap a pu reprendre, dès la fin du premier confinement, l’ensemble de ses opérations interrompues le 16 mars 2020, en étroite concertation avec les services de l’État (Drac) et les aménageurs.

Ce sont finalement plus de 2 300 opérations de diagnostics et de fouilles archéologiques qui ont été conduites en 2020 en phase terrain par l’Inrap, en France métropolitaine et en outre-mer, en progression par rapport à 2019.

Un nombre équivalent de rapports d’opérations a été remis aux services de l’État, la période de confinement du 16 mars au 11 mai 2020 ayant été consacrée à la finalisation de plus de 300 études.

Dans la même période, plusieurs dizaines de spécialistes sont venus renforcer les équipes scientifiques de l’établissement.

Près de 90 conventions ont été signées ou renouvelées entre l’Inrap et ses partenaires (universités, UMR, collectivités territoriales, fondations, associations culturelles et scientifiques…).

Les activités de recherche à l’Inrap ont également été maintenues avec 21 000 jours consacrés à ces missions, soit l’équivalent de 104 agents à temps complet, confirmant l’Inrap comme principal établissement de recherche en archéologie préventive en Europe.

Les actions de développement culturel ont, bien sûr, été fortement impactées par la situation sanitaire. Pour autant, d’autres formes de diffusion et de partage de la connaissance, s’appuyant sur le numérique, ont été développées par l’Inrap. Les Journées européennes de l’archéologie, organisées par l’établissement public pour le compte de l’État, ont ainsi évolué vers un format numérique #Archeorama avec 150 000 visiteurs sur le site journees-archeologie.fr. L’Inrap a également participé à l’opération du ministère de la Culture #culturecheznous en partageant 500 reportages, multimédias, jeux, dessins animés…

Enfin, grâce au soutien exceptionnel de l’État pour le financement de ses missions non concurrentielles (diagnostics, recherche et valorisation) et grâce à la dynamique de ses activités concurrentielles (fouilles), l’Inrap équilibrera ses comptes en 2020 pour la 3e année consécutive.